AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon venin

Aller en bas 
AuteurMessage
Tania Némésis
Conservateur
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 1371
 g e : 36
H u m e u r : Fluctuat nec mergitur
G r o u p e ( s ) : Modo et ravie de l'être mais accessoirement mangemort
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 17/07/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 126480

MessageSujet: Mon venin   Ven 28 Nov - 15:11

Trouvant que le message que j'ai posté dans les coups de gueule était finalement totalement déplacé, je préfère le mettre ici.
Je ne sais pas pourquoi je fais ça. Je crois justement que j'ai besoin de cracher mon venin quelque part pour m'en soulager d'une partie alors je le mets ici :

Cette fois, je ne peux pas dire que je suis en colère, c'est plus de la rage et de la peine. Ce qui m'arrive est finalement dans l'ordre normal des choses, c'est la nature, mais c'est vraiment dur à avaler. Ma grand-mère est en train de mourir.
Je ne suis pas en colère contre la mort elle même. J'ai déjà réglé mes comptes avec elle, c'est plus ou moins normal. Quand on est enfant, on est programmé à savoir que nos grands-parents vont mourir. Ce qui me dérange, c'est la façon dont elle se meure. Un cancer et probablement le pire qu'il puisse y avoir. C'est son 4ème et jusque là, elle s'était relevée mais cette fois, c'est vraiment grave. Ils appellent ses métastases des "lâchers de ballons". Ça veut seulement dire qu'il y en a partout. Les siennes sont localisées surtout dans les poumons mais aussi dans les os. Les effets sont donc des douleurs permanentes dans tout le corps et à long terme une intensification de cette douleur et des problèmes pour respirer. Conclusion, elle va se voir mourir à petit feu dans d'atroces souffrances.

Comment peut-on accepter cette forme de mort ? Comment fait-on pour supporter de voir souffrir à ce point quelqu'un qu'on aime ? Dans ma famille, on a mis en place le matriarcat alors ma grand-mère est un peu le pilier de ma famille. Avec elle, c'est toute une unité qui se dissout. Moi, ma grand-mère je l'ai toujours vue autrement que comme une vieille dame. C'est un peu ma deuxième mère. Elle a toujours été là, elle m'a toujours tendu la main pour tout, elle a été l'une des premières à prendre ma copine dans ses bras en lui souhaitant bienvenue dans la famille. Ma grand-mère, c'est la représentante de mon pays.

Alors le fait qu'elle s'en aille, ça signifie un peu une perte d'une partie de moi. Et ce qui me fait le plus peur, c'est que je ne sais pas du tout ce qui va se passer après. Qui va partir ? Mon grand-père, c'est certain. On sait toutes qu'il va se laisser mourir de chagrin. Ce qui fait que la prochaine, ce sera ma mère et après ... et ben ce sera moi. Alors oui, c'est un peu égoïste mais sa mort me fait peur parce que ça rapproche un peu ma propre mort. Et je refuse cette notion. Le pire, c'est que je sais que dans mes gènes, j'ai celui du cancer. Alors est-ce que je vais mourir aussi douloureusement ? Ça me terrifie. Je ne parviens pas à être rationnelle en ce moment, je me sens une petite fille qui voit son monde partir en morceaux. On me demande de soutenir les autres mais j'ai déjà du mal à me soutenir moi même. Alors je me retiens mais je me dis que si je ne relâche pas la pression maintenant, quand la coupe sera pleine, je vais avoir un choc. A partir de combien de larmes peut-on dire qu'on s'est assez vidée ? Au moins pour le moment ?

Je n'arrive pas à avancer, je n'ai plus envie de rien. J'ai probablement atteint la 4ème phase du deuil mais je ne vois pas comment je pourrais arriver au 5ème. Je ne veux pas. La seule chose que je suis capable de faire c'est passer mon temps au téléphone ou dans ma famille. Une terrible idée m'obsède : est-ce que je vais rester les bras croisés à attendre qu'elle meure en se tordant de douleur ? Est-ce que je ne peux rien faire pour l'aider ? Et l'horrible vérité est là : oui j'ai quelque chose à faire. Mais est-ce que j'en serais capable ? Est-ce que j'arriverais à continuer à vivre avec ? Est-ce qu'elle acceptera ? J'ai peur que oui. J'ai peur qu'elle n'ait pas le choix.

J'essaye de continuer à faire comme si tout était normal. Je fais ce que je fais tous les jours mais le gout est différent, un peu plus fade. Les rares fois où je ris, j'ai mal au coeur en me disant que toutes ces futilités ne changeront rien. Chaque fois que je l'ai au téléphone, je me dis que c'est une des dernières fois et quand je la vois, je ne peux m'empêcher de penser qu'elle n'est finalement qu'une future morte. Je me déteste d'en arriver là mais je ne sais pas comment m'en empêcher. Je sais pertinemment que j'ai au moins la chance de pouvoir anticiper et de profiter des derniers instants mais ils n'ont plus le même gout. Ils sont teintés de noir même si je joue la comédie de l'ignorance.

J'y vais tout à l'heure et je sais que je vais avoir mal au cœur de la voir aussi affaiblie. Elle aura encore maigri, ses traits seront encore plus tirés et le signe fatidique : elle n'aura rien préparé, elle n'aura pas eu la force. Je me fiche qu'elle ait fait des gâteaux ou quoi que ce soit d'autre, c'est qu'elle n'ait pas eu la force de le faire. Je vais devoir faire attention de ne pas pleurer parce que ça n'aiderait personne.

Alors je pousse un immense coup de gueule contre cette saloperie de nature. Quitte à la faire partir, il aurait mieux valu que ce soit son cœur qui lâche ... Si vraiment il existe un Dieu ( ce dont je doute fortement ), je le maudis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.futur-harry-potter-rpg.com/fiches-validees-f13/lilouy
Tania Némésis
Conservateur
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 1371
 g e : 36
H u m e u r : Fluctuat nec mergitur
G r o u p e ( s ) : Modo et ravie de l'être mais accessoirement mangemort
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 17/07/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 126480

MessageSujet: Re: Mon venin   Ven 28 Nov - 15:13