AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 So strange... [PV Dean]

Aller en bas 
AuteurMessage
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: So strange... [PV Dean]   Mer 10 Juin - 23:15

Enfin la sonnerie du dernier cours retentissait dans Poudlard et déjà j'étais sortie. Je ne m'étais pas vraiment attardée durant ce cours de Mythologie, option que quelqu'un m'avait obligée de prendre. Enfin, je disais quelqu'un alors que l'on pouvait facilement décider de la personne concernée. La croisant déjà pour mes cours de métamorphose et parfois le soir (lorsque je rentrais tôt dans nos appartements), cela me suffisait largement. Je n'étais donc même pas restée à la fin du cours comme elle me l'avait demandé, m'enfuyant dès que possible. Passant rapidement dans les appartements, j'eus la mauvaise surprise de voir qu'Eléa y était déjà, m'attendant apparemment de pied ferme. Après une nouvelle dispute habituelle où elle me traitais encore d'égoïste et froide petite idiote et où je la traitais de conne orgueilleuse, menteuse et ivrogne, je sortis de ce lieu, ayant juste pris auparavant mon étui de violon et des devoirs à faire à la bibliothèque où j'avais prévu de passer ma fin de journée. En tout, lorsque je passai la porte de la bibliothèque, j'avais comptabilisé un devoir de métamorphose, de potions et de DFCM. Je peux dire que j'y ai passé environ une heure sur chaque devoir avant d'arrêter pour aller manger dans la Grande Salle. Après ce dernier acte de survie, je poussais la porte du Hall afin de sortir dehors, en direction de la Forêt Interdite.

Dès mon arrivée, à l'extérieur, je remarquais tout de suite la légère brise un peu fraîche qui soufflait dans le parc et en souris. J'aimais ce genre de temps, lorsque le temps demeurait clément tout en n'étant pas franchement chaud. Cela me rappelait la Russie, mon cher pays natal que je doutais revoir un jour, vu que ma famille m'avait reniée. Rien qu'à cette pensée, mon regard s'assombrit encore plus et je cognais dans le gravier de l'allée. Fichue famille qui m'avait laissée tomber ! J'avais énormément de mal à y penser sans m'énerver sur eux. J'essayais donc de me détendre en pensant au moment de tranquillité que j'allais passer et repris mon sourire, plus doux que lorsque j'étais en "societé". Je détestais les gens maintenant, sauf peut-être Kate, mais elle, c'était différent : c'était ma seule amie. Pris d'une envie soudaine, je détachais mes cheveux noirs redevenus longs pour qu'ils flottent au vent, passion que j'avais encore lorsque j'étais gamine. Oui, on pouvait dire que j'étais plus détendue qu'habituellement, c'était un fait.

J'étais maintenant arrivée à l'orée de la forêt interdite et je laissais mon sac de cours caché dans un endroit que j'avais remarqué lors d'une précédente sortie, en deuxième année pour être plus précise. Sortant le violon de son étui aussi délicatement que possible, j'en caressais doucement le bois couleur ébène d'une main délicate, en observant comme toujours la beauté noble, avant de ranger l'étui et de m'enfoncer plus profondément dans cette forêt. J'en avais tellement l'habitude maintenant que je savais où poser le pied et où aller pour ne pas tomber. En plus, j'avançais assez silencieusement pour ne pas déranger le monde forestier. Si les hommes ne me comprenaient pas, je savais que les animaux, eux, me comprenaient et surtout m'acceptaient. Je m'entendais bien en particulier avec les sombrals, que ma musique ne dérangeait pas, au contraire : ils venaient me voir volontiers, même si je n'avais pas de viande comme c'était le cas aujourd'hui. C'était d'ailleurs eux que je venais rencontrer ce soir, eux les animaux les plus détestés de part la superstition venant du fait que seuls ceux ayant vu la mort pouvaient les observer. Moi aussi, j'étais détesté par mon caractère, et aussi par les rumeurs de folie qui couraient sur moi.

Alors cependant que j'avançais doucement vers la clairière, j'entendis un bruit inhabituel vers ma gauche, où se trouvait une autre clairière. M'approchant à pas de loups dans cette direction, je poussais une branche pour voir l'origine de ce son et fus surprise de voir Dean, en bien étrange compagnie... Avec son phénix par exemple, mais aussi bien d'autres animaux. Il aurait été seul, peut-être aurais-je pu le surprendre mais son phénix me repéra et se tourna dans ma direction. Sentant qu'il était inutile de me cacher plus longtemps, je sortis de ma "cachette", restant tout de même du groupe hétéroclite. Je ne parlais pas, tout simplement. Je savais qu'il me détestait, comme moi je n'aimais as la manière dont il parlait aux gens qui tentaient de l'approcher, dont moi... Mais moi, je ne l'approchais pas parce qu'il était le fils du candidat progressiste, même si j'avais les idées de ce parti.


Je croyais être la seule à m'aventurer dans ces bois la nuit... Apparemment, ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Ven 19 Juin - 3:20

Jamais Dean n'avait été aussi heureux d'avoir Hadès à ses côtés que depuis son arrivée dans sa nouvelle prison... pardon, école. Il lui était parfois difficile de faire la différence tant les définitions des deux mots semblaient se rejoindre ces derniers temps.

Bien sûr, le jeune Anderson avait su ce qui l'attendait lorsqu'il avait accepté de venir étudier dans la "prestigieuse école de sorcellerie Poudlard". Il avait anticipé les expressions effarées et les chuchotements qu'il susciterait parmi ses camarades... mais il avait espéré au moins que sa liberté de mouvement ne serait pas trop entravée.

Or, son... géniteur n'avait rien trouvé de mieux que d'affecter quelques Aurors à l'école pour veiller à sa "sécurité", ou bien à celle de ses camarades de classe, selon la manière dont on voyait les choses. En tous les cas, ses gardes du cœur ne le lâchaient quasiment jamais et cela ne faisait que renforcer la distance entre lui et les autres élèves.

Toutefois, ce n'était pas vraiment comme s'il cherchait à se lier d'amitié avec les autres. Non, bien au contraire, il ne voulait rien à faire avec ces gens dont il pouvait le plus souvent voir les motifs cachés grâce à une subtile dose de légilimencie ou bien les mensonges qui se cachaient derrière leurs sourires faux...

... et c'était justement là que son magnifique phénix intervenait, gardant à distance les plus intrépides grâce à ses cris et ses flammes. Oui, c'était dans ces moments là qu'il était heureux d'avoir un phénix aussi protecteur et attentionné comme familier et il ne pourrait jamais assez le remercier pour le peu de quiétude qu'il lui apportait.

La seule consolation qu'il trouvait dans cette prison vieille de plus d'un millénaire, hantée de fantômes et de sorciers aux esprits tout aussi étriqués, c'était la forêt. La fameuse forêt interdite n'était pas aussi effrayante que les professeurs voulaient le faire croire... ou tout du moins, elle ne l'était pas pour quelqu'un sachant se défendre tout en ne voulant aucun mal à ses résidents.

Echapper à ses geôliers n'aurait pas été une mince affaire pour n'importe quel autre adolescent de treize ans. Fort heureusement, Dean avait l'inestimable chance d'avoir un familier capable de le téléporter n'importe où et sans même attirer l'attention de personne. Un petit brasier et le tour était joué!

C'est ainsi que Dean apparut à l'entrée de la forêt interdite, caressant affectueusement la tête d'Hadès avant qu'ils ne s'enfoncent tous deux plus profondément dans la forêt. Débouchant au bout de quelques instants dans la clairière qu'il avait découvert peu après son arrivée à Poudlard, le garçon conjura simplement une serviette avant de s'asseoir en tailleur, les yeux fermés.

C'était dans ce genre d'endroit, calme, naturel, et surtout dépourvu d'interférences, que l'adolescent pouvait véritablement exercer les arts de l'esprit. Oh bien sûr, il n'allait pas essayer de lire les esprits des animaux. Non, il se contentait de mettre de l'ordre dans ses pensées et ses souvenirs, tout en laissant son esprit vagabonder au sein de la forêt.

Il savait, rien qu'en entendant les bruits de pas, que des nouveaux venus n'allaient pas tarder à arriver. Avec le temps, il avait appris à les reconnaître. Il s'agissait aussi bien de petits animaux communs comme des lapins ou des oiseaux que de Sombrals et de licornes, et parfois même de jeunes centaures qui venaient s'endormir à côté de lui, sous l'œil attentif d'un parent.

De part l'éducation qu'il avait reçu de son parrain, Dean avait toujours eu le plus grand respect pour les créatures magiques, souvent même plus qu'il n'en éprouvait pour sa propre espèce. C'est ainsi qu'il avait rencontré des centaures très tôt dans son enfance et ainsi appris à apprécier leurs conseils et leurs prédictions en apparence plutôt vague sur l'avenir.

Mais alors qu'il s'agissait d'un soir comme tous les autres, il sentit une présence étrangère se rapprocher. Les pas inconnus le lui confirmèrent... il s'agissait d'un humain.

- Je croyais être la seule à m'aventurer dans ces bois la nuit... Apparemment, ce n'est pas le cas.

Lorsqu'il ouvrit les yeux, il reconnut immédiatement la personne qui avait interrompu le calme qui régnait en ces lieux. Leïlan Valingaï, qui était tout comme lui élève de troisième année chez Serdaigle. Une jeune fille étrange mais pas dépourvue d'intérêt. En effet, il y avait quelque chose dans ses yeux, la première fois où il les avait croisé, qui lui avait semblé familier... comme une similitude entre eux. Il n'avait toujours pas osé lire ses pensées, sentant que la jeune fille avait peut-être des défenses ou pourrait se rendre compte de sa présence.

Quelle ironie de penser qu'elle se trouvait à présent debout face à lui, à l'endroit où il s'y attendait le moins.

- En effet, ce n'est plus le cas depuis quelques semaines, même si je pensais également être le seul à m'y rendre. Puis-je te demander ce que tu fais ici ?

Le ton du Serdaigle ne contenait pas la moindre once d'hostilité. Hadès étant tranquillement perché sur son épaule, il était véritablement curieux de connaître la raison derrière la présence de la jeune Valingaï en ce lieu jugé à tort inhospitalier. Et puis, il n'avait pas vraiment à maintenir un masque d'indifférence complet puisqu'ils étaient seuls, une simple façade d'impassibilité ferait l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 20 Juin - 21:18

Je savais qu'il m'avait reconnu, même si je n'étais pas forcément visible entièrement dans le noir de la forêt. Après tout, il fallait dire que j'étais assez connue dans Poudlard. Entre les rumeurs de la folie terrifiante et dangereuse qui me possèderait et celles qui semblaient vouloir fouiller dans mon passé, je n'étais pas vraiment tranquille. Si on ajoutait à cela les disputes voire quelques bagarres provoquées par des personnes haineuses, je n'étais pas quelqu'un cataloguée comme très recommandable.

C'était ainsi que je l'avais rencontré pour la première fois. J'étais sortie d'un cours de métamorphose où il était également et j'avais bousculé un première année sans le faire exprès. Le gamin de Serdaigle s'était écarté rapidement de moi, effrayé. Alors, moi, comme souvent, je me suis mise à l'insulter parce qu'il se trouvait sur mon passage, ce qui l'a fait rapidement fuir. Je savais qu'il m'avait vu, vu que son regard avait croisé le mien. Depuis, nous nous ignorions purement et simplement, tout simplement. Mais apparemment, ce soir, cela allait changer.


- En effet, ce n'est plus le cas depuis quelques semaines, même si je pensais également être le seul à m'y rendre. Puis-je te demander ce que tu fais ici ?

J'aurais pu être agacé, comme d'habitude quand on me posait des questions. Mais là, vu son état d'apaisement du à la forêt, je restais calme. Je m'étais rendu compte qu'il était tout simplement neutre, sans agressivité ou froideur qu'il aurait pu utiliser à mon égard. J'aimais quand les gens étaient ainsi, sans préjugés aucuns. C'était agréable et reposant, me semblait-il. Il semblait en plus curieux de savoir la raison de ma présence, ce qui lui ajoutait un point. En plus, de voir de tant de créatures magiques étaient venus le voir directement m'impressionnait. L'un des Sombrals, qui m'avait apparemment reconnu, me sortit de mes pensées, venant vers moi et soufflant de l'air par ses naseaux dans mes cheveux. Le caressant doucement de ma main libre comme je le faisais d'habitude, je m'appuyais contre lui doucement, ne lâchant cependant pas Dean du regard.

J'aime venir ici pour jouer tranquillement de la musique et pour venir voir les Sombrals. Et toi ? Qu'est-ce qui te pousse à venir ici ? La recherche de la solitude ?

Observant le phénix qui était perché sur son épaule, je ne le quittais pas des yeux. Je le trouvais plutôt beau, même si je n'étais pas forcément doué en phénix. Après tout, c'était la première fois que j'en voyais un en vrai...

Et je crois qu'il s'agit de ton phénix n'est-ce pas ? C'est étonnant qu'un élève puisse en avoir un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Lun 22 Juin - 17:22

Ses sens aiguisés par l'état de méditation dans lequel il était encore plongé quelques instants auparavant, il observa le visage de son interlocutrice alors que le Sombral l'approchait sans crainte, lui ébouriffant doucement ses longs cheveux noirs d'un simple souffle.

De part l'éducation qu'il avait reçu de la part de son parrain tout au long de son enfance, il avait appris qu'il fallait mieux se fier au jugement des animaux qu'à celui des humains. En effet, là où les humains étaient souvent aveuglés par leurs préjugés, leurs doutes ou l'influence dont ils pouvaient faire l'objet, les animaux et même les créatures magiques avaient un sixième sens pour percevoir la nature profonde d'un individu.

Ne prêtant déjà pas d'attention aux rumeurs qui circulaient au sujet de la jeune Valingaï, Dean eut la confirmation que Leïlan n'était une mauvaise personne, ne serait-ce que par la manière dont elle caressait doucement le Sombral, l'air détendue, comme si la présence de l'équidé la rassurait.

- J'aime venir ici pour jouer tranquillement de la musique et pour venir voir les Sombrals. Et toi ? Qu'est-ce qui te pousse à venir ici ? La recherche de la solitude ?

Ne répondant pas tout de suite, le jeune Anderson remarqua son regard, posé sur Hadès. Il pouvait lire dans ses yeux le ravissement et un certain état hypnotique, que suscitaient parfois la première rencontre avec un phénix. Toutefois, elle ne tarda pas à en sortir puisqu'elle prit de nouveau la parole.

- Et je crois qu'il s'agit de ton phénix n'est-ce pas ? C'est étonnant qu'un élève puisse en avoir un.

Dean se contenta d'esquisser un léger sourire avant de poser une main sur le plumage ébène du Phénix, le caressant délicatement. Son regard était toutefois fixé sur la jeune Valingaï alors qu'il prenait la parole d'une voix neutre.

- La recherche de la solitude... c'est une manière de le formuler, oui. Cette école, ces gens... toute cette attention et ces sentiments négatifs m'oppressent alors quand j'ai besoin de me détendre et de vider mon esprit, je viens ici.

Quittant l'endroit où il était assis, il fit plusieurs pas en direction de Leïlan mais préféra laisser quelques mètres entre eux, pour ne pas paraître menaçant. Après tout, il n'avait rien contre cette fille et si elle était capable d'apaiser les habitants de la forêt, elle était probablement mieux que la majorité de leurs condisciples.

- Cela fait quelques années déjà qu'Hadès m'accompagne. Je le connais depuis qu'il est sorti de l'oeuf et ne l'ai plus quitté depuis. Malgré les mauvaises choses que les gens peuvent dire sur lui, à cause de son plumage, c'est l'ami le plus loyal et le plus fidèle qu'on puisse imaginer.

Ses yeux étaient toujours profondément plongés dans ceux de son interlocutrice alors qu'il prononçait ses paroles, sachant qu'elle saisirait le double sens de sa phrase. En effet, si Hadès avait souvent été montré du doigt parce qu'il avait un plumage noir et non rouge, ce qui semblait être un signe de mauvais présage pour des naïfs superstitieux, il savait que sous forme de métaphore, cela pouvait aussi s'appliquer à la Serdaigle.

Les rumeurs circulant au sujet de "terrible Leïlan Valingaï" allaient bon train dans les couloirs de Poudlard, et la plupart des élèves la regardaient soit avec terreur, soit avec mépris. Ayant lui-même fait l'objet d'une quantité innombrable de rumeurs, depuis les plus sombres aux plus farfelues, il savait pertinemment à quoi s'en tenir à ce sujet.

- En ce qui me concerne, je considère l'avis des Sombrals bien plus fiable que ceux de nos condisciples, surtout lorsque ceux-ci s'amusent à répandre des rumeurs stupides.

Plusieurs des dits Sombrals se rapprochèrent alors de lui, l'un des plus jeunes frottant même son museau contre sa jambe. L'adolescent ne put s'empêcher d'esquisser un sourire et caressa doucement sa tête. Lorsqu'il retourna finalement son attention sur Leïlan, il tendit simplement sa main vers elle, un sourire flottant toujours sur ses lèvres.

- Dean Anderson, nouveau résident dans cette prison, ami de tous les animaux et fervent défenseur des droits des créatures magiques. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Lun 22 Juin - 23:51

Je n'avais pas peur du Sombral, au contraire. Après tout, ce n'était que des cheveux magiques à la peau noir tendue sur leur os. Les gens avaient juste peur d'eux à cause de leur intelligence presque humaine et leur rappel de la mort, ce qui était stupide. Après tout, la mort nous entourait, alors pourquoi en avoir peur ? Moi, je ne le craignais pas, et il venait donc facilement à moi. C'était aussi simple que cela. Si on ne les embêtait pas, ils étaient gentils et câlins, surtout s'ils voyaient qu'on ne cachait rien de méchant.

Oh, oui, je comprenais bien mieux les animaux que les hommes souvent... Eux ne jugeaient pas aussi durement leurs camarades alors qu'ils l'appréciaient à peu près au début. J'en avais tellement vu sur l'espèce humaine que j'en venais parfois même à la détester profondément et à vouloir être autre chose qu'humaine. C'était tellement peu croyable de voir des gens se déchirer ainsi pour des préjugés... Cela me faisait mal d'ailleurs de voir cela, même si je le cachais derrière cette carapace de froideur et de hauteur que je m'étais forgée.

A voir ce phénix par exemple, je me disais qu'il devait être aussi dénigré : il n'était pas comme les autres phénix. Mais, pour moi, il était bien plus beau avec sa couleur noir : déjà il était différent, et puis, c'était beau le noir, non ? Mais beaucoup ne seraient pas de mon avis et refuseront de me croire, le dénigrant à cause de cela.


- La recherche de la solitude... c'est une manière de le formuler, oui. Cette école, ces gens... toute cette attention et ces sentiments négatifs m'oppressent alors quand j'ai besoin de me détendre et de vider mon esprit, je viens ici.

Toi aussi tu le ressens ?

Je l'avais dit tout doucement, mais je ne pouvais m'empêcher d'être surprise. Savoir que quelqu'un ressentait toute la haine et la rancœur retenues dans ce château m'impressionnait fortement. Nous nous ressemblions donc bien plus que je ne pouvais l'imaginer... Lorsqu'il s'avança, je me raidis presque mécaniquement : je n'aimais pas qu'on s'approche forcément de moi sans que l'on me prévienne, même si je pensais qu'il ne me ferait rien. Je ne me trompais pas d'ailleurs vu qu'il s'arrêta encore à quelques mètres de moi.

- Cela fait quelques années déjà qu'Hadès m'accompagne. Je le connais depuis qu'il est sorti de l'oeuf et ne l'ai plus quitté depuis. Malgré les mauvaises choses que les gens peuvent dire sur lui, à cause de son plumage, c'est l'ami le plus loyal et le plus fidèle qu'on puisse imaginer.

Vu la façon dont il me fixait, je compris rapidement que ce qu'il voulait dire ne s'adressait pas forcément au phénix sur son épaule. Je ne pus m'empêcher d'ailleurs d'en sourire. Au moins, il comprenait que les gens n'étaient aps forcément comme les rumeurs les décrivant. Heureusement d'ailleurs vu que sinon, je serais une tueuse d'élèves ayant abusé de plus d'un d'entre eux, ayant attaqué de pauvres bêtes sans défense et faisant de la magie noire. Bon d'ailleurs, pour la magie noire, ce n'était pas totalement faux, mais bon... Il ne fallait pas le dire, il paraît.[i]

- En ce qui me concerne, je considère l'avis des Sombrals bien plus fiable que ceux de nos condisciples, surtout lorsque ceux-ci s'amusent à répandre des rumeurs stupides.

Les gens sont complètement stupides ici. Ils préfèrent se détester les uns les autres plutôt que de s'entraider. Pitoyable.

- Dean Anderson, nouveau résident dans cette prison, ami de tous les animaux et fervent défenseur des droits des créatures magiques. Enchanté.

[i]Je ne pus m'empêcher de rire doucement à ses paroles peu communes de présentation. Fixant quelques secondes sa main tendue et son sourire flottant sur les lèvres, je ne pris que quelques secondes pour saisir cette main tendue de ma petite main blanche.


Léïlan Valingaï, petite russe résidente de luxe de cette prison, amie des Sombrals et de la musique, enchantée de te connaître. Toi aussi tu vois Poudlard comme une prison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 11 Juil - 0:48

Il ne put s'empêcher de remarquer à quel point un simple sourire pouvait embellir le visage si pâle de la jeune Valingaï. C'était comme si la vie avait repris le dessus sur cette aura de mélancolie et de ténèbres qui l'entourait. Ce n'était pas quelque chose de maléfique, bien au contraire... elle exhalait seulement la même tristesse et le même sentiment d'oppression que lui.

Un sourire gagna d'ailleurs ses lèvres quand il la vit rire. Ce n'était peut-être pas un rire aux éclats, comme il en voyait souvent en France mais c'était déjà un bon début, non ?

D'ailleurs, ses lèvres formaient toujours un sourire alors qu'elle acceptait sa main tendue. Celle de la jeune fille était si frêle, d'aspect si fragile... en totale contradiction avec le potentiel magique qu'il pouvait ressentir chez elle. C'était comme une louve déguisée en agneau, mais une louve solitaire et triste, qui préférait rester à l'égard des autres pour éviter de souffrir.

Léïlan Valingaï, petite russe résidente de luxe de cette prison, amie des Sombrals et de la musique, enchantée de te connaître. Toi aussi tu vois Poudlard comme une prison ?

L'adolescent, enveloppa délicatement la main de la jeune Valingaï avant de la porter doucement à ses lèvres, y déposant un baiser. Ce n'était pas tant pour l'étiquette, qu'il respectait peu, que pour le geste d'amitié et de respect que cela représentait. Il la considérait comme une demoiselle, dans le sens de femme respectable et charmante du terme, et non pas comme cette tueuse sanguinaire que décrivaient les rumeurs.

- Il me serait difficile de la voir autrement. J'ai été arraché à mon pays, à ma famille pour venir ici... tout ça par un étranger qui croit pouvoir exercer des droits sur sa progéniture après treize ans d'ignorance. N'est-ce pas triste à en mourir ?

Il tournait en dérision sa propre histoire, parce qu'il ne supportait plus l'image du "fils traumatisé par l'abandon dont il avait fait l'objet", que les journaux britanniques avaient largement répandu à son sujet. Les regards de pitié qu'il en avait récolté étaient devenus presque aussi insupportables que ceux de haine et de mépris qu'il recevait de la part des élèves opposés à son père.

- Mais même d'un point de vue strictement objectif, c'est une prison. Interdiction de quitter l'enceinte du domaine, hormis pendant les vacances, et les deux voire trois visites annuelles dans un village à peine plus grand qu'un hameau? Sans parler des nombreuses restrictions des libertés individuelles inscrites dans le réglement... mon ancien professeur d'histoire, un fervent défenseur des droits de l'homme, s'en serait arraché les cheveux... Termina-t-il d'un ton amusé.

Il avait lâché la main de la jeune fille quelques instants auparavant, ne désirant pas la rendre mal à l'aise. Etant lui-même peu habitué aux contacts des autres,hormis ceux de sa famille et de son familier, il pouvait comprendre ce qu'elle ressentait.

- J'aurais sûrement tenté un recours en justice... si mon géniteur n'avait justement pas été le Chef du Département de la Justice Magique. Et puis, je n'ai pas envie de porter préjudice à sa campagne, peu importe mes opinions personnelles. Je suis un progressiste convaincu, et j'aspire à un monde où régnerait un peu plus d'égalité entre les êtres magiques. Est-ce que cela te semble futile ? L'interrogea-t-il d'une voix teintée de mélancolie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Dim 12 Juil - 17:22

Oh, ce sourire n'était guère de choses, cela était évident pour la plupart des élèves. Mais pour moi... Cela était déjà un pas en avant. Alors, réussir à me faire rire, ne serait-ce qu'un éclat... C'était miraculeux. Pourtant, le Serdaigle face à moi était la seule personne actuellement qui avait réussi et, en cela, il réalisait un exploit. D'ailleurs, Dean devait très bien le comprendre puisqu'il se mit à sourire. Ce sourire resta d'ailleurs assez longtemps puisqu'il était toujours là lorsque je saisis sa main tendue.

Lui, malgré tout ce que j'aurais pu penser semblait d'un appui sûr, et tout le contraire de moi. A mon avis, il était autant lumineux que moi j'étais sombre, solide comme un roc alors que j'étais fragile, mais il semblait cependant cacher autant de choses que moi. Oh, bien sûr, je savais que des rumeurs circulaient sur lui, mais j'avais appris à ne pas en tenir compte sachant les mauvaises langues ajoutées à l'effet de l'imagination.

Suite à cela, je le vis doucement envelopper ma main dans la sienne qui était un peu plus grande puis la porter doucement à ses lèvres. Frissonnant à ce contact qui m'était étranger, je lui jetais un regard intrigué qui s'estompa au profit d'un léger rosissement de mes joues et des yeux à la lueur flattée. Je savais où j'avais déjà vu ce genre de gestes : dans les hautes soirées de sang-purs. Les hommes faisaient généralement ce genre de politesse aux femmes qu'ils respectaient et appréciaient, sinon ils leur faisaient un simple bise. Voir ce geste sur ma personne me rassurait sur son opinion de moi-même, tout simplement.


- Il me serait difficile de la voir autrement. J'ai été arraché à mon pays, à ma famille pour venir ici... tout ça par un étranger qui croit pouvoir exercer des droits sur sa progéniture après treize ans d'ignorance. N'est-ce pas triste à en mourir ?

La mort n'est pas la solution, vu que cela est douloureux au début. Ne penses-tu pas cela ? Sinon... Je suis désolée pour toi, même si je suppose que ce genre de paroles doit te sembler creux.

Je savais qu'on avait déjà lui dire, lui montrer de la pitié aussi. Mais moi, je détestais la pitié alors je ne voulais pas lui en montrer. Pourtant, son histoire n'était pas très agréable pour lui, je m'en doutais : tout en ces paroles montraient l'ironie et le cynisme, tel une carapace qui le protégeait. Moi aussi j'avais des problèmes passés, mais là n'était pas la question : je ne voulais pas lui en parler. Un jour peut-être... Mais pas de suite, c'était trop tôt.

- Mais même d'un point de vue strictement objectif, c'est une prison. Interdiction de quitter l'enceinte du domaine, hormis pendant les vacances, et les deux voire trois visites annuelles dans un village à peine plus grand qu'un hameau? Sans parler des nombreuses restrictions des libertés individuelles inscrites dans le règlement... mon ancien professeur d'histoire, un fervent défenseur des droits de l'homme, s'en serait arraché les cheveux...

Ce n'est pas l'avis d'autres pourtant. Eux sont heureux comme cela, et jugent cela normal. Mais pourtant... Tu as totalement raison. Surtout quand les sorties sont interdites dans mon cas. Certes le château est grand... Mais au bout de trois ans, on commence à trop bien le connaître.

Par chance, il avait lâché ma main alors que j'allais l'enlever moi-même. N'étant pas habitué à ce genre de contacts amicaux, je ne pouvais qu'être mal à l'aise. Remettant une mèche de cheveux noirs derrière mon oreille pour dissimuler mon embarras, je le laissais ensuite continuer.

- J'aurais sûrement tenté un recours en justice... si mon géniteur n'avait justement pas été le Chef du Département de la Justice Magique. Et puis, je n'ai pas envie de porter préjudice à sa campagne, peu importe mes opinions personnelles. Je suis un progressiste convaincu, et j'aspire à un monde où régnerait un peu plus d'égalité entre les êtres magiques. Est-ce que cela te semble futile ?

Je suis tout à fait d'accord. Je l'étais même avant la candidature de ton père, mais qu'importe. L'essentiel est qu'une égalité soit respectée, créatures ou non.

Je savais très bien que la situation était idéale pour que je puisse me reposer quelques instants, en m'asseyant par exemple. J'aurais juste voulu m'avancer vers cette pierre que je voulais non loin de lui pour pouvoir m'y poser sans soucis, mais c'était sans compter que le Sombral à côté de moi que j'avais oublié... Sachant qu'il avait bougé, je me cognais assez violemment contre lui vu que mon mouvement avait été assez rapide pour l'effrayer. Pour cette raison, j'eus ma première fausses note de la soirée puisque je tombais en avant, en direction de Dean. Je tentais bien de me retenir pour ne pas perdre la face mais bon... Cela allait être trop tard : j'allais m'écraser face contre terre en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Jeu 30 Juil - 20:41

Dean avait observé les joues de la Serdaigle s'empourprer alors qu'il avait porté sa main à ses lèvres, y déposant un baiser. Il put aussi lire dans les yeux de la jeune fille qui celle-ci devenait un peu plus à l'aise en sa présence, ou plutôt un peu moins sur ses gardes.

La mort n'est pas la solution, vu que cela est douloureux au début. Ne penses-tu pas cela ? Sinon... Je suis désolée pour toi, même si je suppose que ce genre de paroles doit te sembler creux.

Il ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire, son visage neutre laissant filtrer une once de mélancolie dans ses yeux sombres. Dean se souvenait trop bien du temps où il cherchait les mille et une raisons pour lesquelles son père l'avait abandonné. C'était à l'époque où il était encore naïf et pensait que c'était sa faute si Thomas l'avait laissé à la garde de ses grands-parents, plutôt que d'élever son fils lui-même.

Et puis, son point de vue avait évolué... vers quelque chose de plus mature, de plus rationnel et peut-être aussi de plus sombre...

Ce n'est pas l'avis d'autres pourtant. Eux sont heureux comme cela, et jugent cela normal. Mais pourtant... Tu as totalement raison. Surtout quand les sorties sont interdites dans mon cas. Certes le château est grand... Mais au bout de trois ans, on commence à trop bien le connaître.

Ses mauvaises pensées le quittèrent, se réfugiant plus profondément dans sa conscience, pour attendre le moment opportun où elles le frapperaient à nouveau. Mais ça n'avait pas d'importance, ce qui comptait, c'était le présent, le futur... et à cet instant, Leïlan Valingaï représentait la seule source de réconfort que pouvait lui procurer cette école, sous la forme d'une fille intelligente et, contrairement à la grande majorité des britanniques qu'il avait rencontré jusqu'ici, elle était dépourvue d'œillères et de préjugés.

Toutefois, la situation de Leïlan était encore moins enviable que la sienne, si toute sortie du château lui était prohibée.

Tout en écoutant attentivement la Serdaigle, le jeune Anderson analysait son langage corporel. Probablement peu habituée aux contacts physiques, ou tout du moins avec les gens qu'elle ne connaissait pas ou peu, Leïlan avait manifesté une pointe d'embarras qu'elle s'était empressée de dissimuler en remettant une mèche de cheveux en arrière.

Je suis tout à fait d'accord. Je l'étais même avant la candidature de ton père, mais qu'importe. L'essentiel est qu'une égalité soit respectée, créatures ou non.

Dean la regarda s'avancer vers une pierre, probablement pour s'y asseoir mais elle ne prit pas garde au Sombral qui se trouvait à côté d'elle. Se cognant naturellement contre la créature magique, elle allait tomber face contre terre s'il ne faisait rien.

Agissant d'instinct, le jeune homme s'élança en avant et rattrapa Leïlan. Le temps sembla s'arrêter alors qu'ils se trouvaient dans une position des plus insolites.

Dean avait enlacé la Serdaigle pour l'empêcher de tomber dans un geste compulsif, celle-ci s'était agrippée à sa chemise. Ainsi pressés l'un contre l'autre, leurs visages n'étaient ainsi distants que de quelques centimètres, à tel point qu'ils pouvaient sentir le souffle de l'autre sur leur peau.

Anderson ne put s'empêcher de contempler ses yeux d'un bleu étincelant pendant quelques instants. Il y avait un tel flot d'émotions dans ses orbes azurées qu'il en perdit momentanément la notion du temps. Plongeant son regard dans le sien, il essaya de déchiffrer la multitude de sentiments qu'il croyait y discerner : solitude, tellement de solitude... de la souffrance aussi, du chagrin, comme si elle avait perdu quelqu'un qui lui était cher... ou qu'on l'avait trahie. Oui, il n'y avait pas de doute.

Sans avoir recourt aux arts de l'esprit, il pouvait percevoir les conséquences d'une trahison, d'un abandon peut-être... et elle en avait souffert, tellement souffert qu'elle s'était refermée sur elle-même, se plongeant à corps perdu dans sa solitude tout en s'entourant de cette coquille de cynisme et de noirceur qu'elle essayait d'exhiber le plus possible.

Sans s'en rendre compte, ses lèvres bougèrent pour énoncer d'une voix infiniment douce et sincère ce qui troublait son esprit.

- Ne confonds pas l'ombre et la noirceur... il n'y a pas de honte à éprouver du chagrin, ni à verser des larmes si tu as mal, si tu te sens seule... personne ne devrait avoir à traverser tant d'épreuves sans personne sur qui compter.

Ces paroles n'étaient pas de lui. Elles n'étaient que l'écho de paroles identiques qui lui avaient dites il y a plusieurs années de ça, avant qu'Hadès ne soit à ses côtés... à l'époque où il était aussi fermé qu'elle et n'avait personne à qui se confier.

Sans Julian, il serait peut-être encore ainsi aujourd'hui, songea-t-il non sans mélancolie.

C'est alors qu'il sembla se rendre compte de la situation dans laquelle ils se trouvaient et il la remit debout avant de s'écarter de plusieurs pas. Ses joues étaient rougir d'embarras, et il passa aussi une main dans ses cheveux pour essayer de dissiper cette impression.

- Euh désolé, je... je sais pas ce qui m'a pris... j'ai agi sans réfléchir...

Hadès émit un cri presque moqueur à l'intention de Dean, s'attirant l'ire de ce dernier dont les joues s'empourprèrent de plus belle.

- Merci Hadès! J'apprécie vraiment ton soutien inconditionnel...

L'oiseau immortel laissa échapper de nouveau plus cris et cette fois-ci, le visage de l'adolescent vira au rouge tomate avant qu'il ne baisse la tête, laissant échapper un long soupir de consternation.

- Et on dit que les phénix sont sensés être les créatures les plus pures qui soient, comment ça se fait que je me sois retrouvé avec le seul de son espèce qui ait des pensées aussi mal tournées...

Bien qu'il ait marmonné ses mots à voix basse, il y avait de grandes chances pour que Leïlan l'ait entendu, le volatile n'ayant pas attendu la réaction de la demoiselle pour laisser échapper un cri indigné.

Ayant finalement réussi à ramener ses joues à leur couleur normale, Dean se tourna à nouveau vers la jeune Valingaï, lui adressant ce qui s'apparentait à un sourire d'excuse avant que ses yeux ne s'allument d'une lueur de malice.

- Si tu veux, j'ai peut-être une proposition pour te libérer temporairement de cette charmante prison...

Se rapprochant un peu d'elle mais gardant toutefois une distance suffisante pour qu'elle ne se sente pas mal à l'aise, il tourna la tête à gauche et à droite pour vérifier qu'ils n'étaient pas surveillés avant de chuchoter.

- Il se trouve que je dispose d'un moyen de transport qui peut nous faire passer les barrières sans être détecter, et qui en plus, peut nous emmener absolument où on veut... enfin presque où on veut...

Puis il tendit le bras et Hadès s'envola de son rocher pour venir s'y poser. Le phénix leva la tête fièrement avant d'entonner un chant enjoué.

- Envie d'essayer Air Phénix ? Notre compagnie fait des réductions pour les jolies demoiselles en détresse, surtout lorsqu'elles sont intéressantes... et assure un temps de trajet plus court que tous ses concurrents. Termina Dean, un sourire espiègle sur les lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Ven 31 Juil - 0:29

On dit parfois que le temps s'arrête, mais on oublie de préciser que cela se passe généralement durant des moments assez étranges. Prenons l'exemple de ce moment : quand je me suis sentie tomber, je pensais vraiment atterrir sur le sol caillouteux de la forêt, quitte à me faire mal. Au pire, j'aurais quelques égratignures, je saignerais un peu, rien de grave. Cependant, lorsque je retins que l'on me retenait, je m'accrochais vivement à la première chose qui me vint sous la main, c'est à dire une chemise. La tête baissée, je tentais de reprendre mon souffle, ayant coupé ma respiration inconsciemment le temps de ma chute. Cependant, lorsque je relevais la tête, je m'aperçus en fait qu'il s'agissait de Dean qui se mit à me fixer droit dans les yeux, comme s'il cherchait à me comprendre. J'aurais voulu me dégager, mais je ne pouvais pas, comme s'il m'avait immobilisé, ce qui n'était pourtant pas le cas.

- Ne confonds pas l'ombre et la noirceur... il n'y a pas de honte à éprouver du chagrin, ni à verser des larmes si tu as mal, si tu te sens seule... personne ne devrait avoir à traverser tant d'épreuves sans personne sur qui compter.

J'aurais préféré qu'il ne me retienne pas, et qu'ainsi, il ne sente pas mon sursaut à ses paroles. Savait-il ce que j'avais pu subir ? Avait-il subi la même chose que moi ? J'avais presque l'impression que mon inconscient parlait pour moi lorsque je lui répondis.

Si je pleure, je m'effondre. Si je m'effondre, je ne me relèverais pas, et tu dois comprendre ce que cela pourrait signifier... Ma faiblesse ne me perdra plus.

Si au début mon ton avait été mal assuré, je m'étais rapidement reprise ensuite, finissant par me montrer déterminée. Oui, il n'était absolument pas question de montrer une quelconque faiblesse, même avec une personne qui pourrait bien être un des rares amis que j'avais. Pourtant, peu après ma réponse, je le vis s'empourprer petit à petit, avant qu'il ne me remette debout et qu'il s'éloigne. Je dois avouer que je devais avoir un air plutôt surpris, même si je croyais comprendre pourquoi il agissait ainsi.

- Euh désolé, je... je sais pas ce qui m'a pris... j'ai agi sans réfléchir...

Ce n'est pas grave, il n'y a pas de mal.

Ma voix s'était faite plus douce, comme si je voulais vraiment le rassurer sur le sujet, ce qui était étonnant de ma part. Cependant, je ne pus m'empêcher de rire doucement lorsque son phénix se mit à crier et que Dean rougit encore plus. N'y connaissant absolument rien en phénix, je ne pouvais pas dire ce que cela signifiait mais, à présent, un nouveau sourire ornait mes lèvres.

- Merci Hadès! J'apprécie vraiment ton soutien inconditionnel...

J'aurais presque plaint Dean pour cette solitude qu'il devait ressentir dans cette situation... Pourtant, je ne pus m'empêcher de pouffer en regardant l'oiseau immortel qui semblait encore plus insister dans sa moquerie.

- Et on dit que les phénix sont sensés être les créatures les plus pures qui soient, comment ça se fait que je me sois retrouvé avec le seul de son espèce qui ait des pensées aussi mal tournées...

Oh, c'était donc ça... Même s'il avait seulement murmuré, j'avais parfaitement compris ce qu'il avait dit, et me mis à rougir de nouveau : des pensées mal tournées n'est-ce pas ? Mais il ne semblait pas être comme cela, n'est-ce pas ? Lui jetant un regard plein de confusion et d'interrogations, je ne rencontrais pourtant que ses cheveux, vu qu'il avait baissé la tête.

- Si tu veux, j'ai peut-être une proposition pour te libérer temporairement de cette charmante prison...

Il semblait sur la défensive cependant, à regarder ainsi que personne d'autre ne pouvait suivre notre conversation, et se rapprochant de moi pour certainement pouvoir parler plus bas.

- Il se trouve que je dispose d'un moyen de transport qui peut nous faire passer les barrières sans être détecter, et qui en plus, peut nous emmener absolument où on veut... enfin presque où on veut...

Je le regardais d'un air incrédule, même lorsque son phénix alla se poser sur son bras et que je compris que là devait être la solution.

- Envie d'essayer Air Phénix ? Notre compagnie fait des réductions pour les jolies demoiselles en détresse, surtout lorsqu'elles sont intéressantes... et assure un temps de trajet plus court que tous ses concurrents.

Je devais avouer que c'était certainement le plus beau cadeau que l'on ne m'ait jamais fait, hormis ceux de Jarod il y a deux ans. Mais autant j'étais heureuse de cette proposition, autant elle m'embarrassait, et cela devait se voir. Je laissais le silence s'épaissir, réfléchissant à toute allure.

D'un sens... Quelle joie de pouvoir sortir ! Cela faisait deux ans que j'étais restée au château sans rien voir du monde extérieur, prisonnière des murs qui devaient m'instruire et surtout m'empêcher de faire du mal. Tout me manquait, surtout la Russie, je devais l'avouer. Cependant, si je devais sortir, je n'irais pas là-bas, de peur de croiser ma famille.

Mais d'un autre... J'étais consignée ici, avec interdiction de sortie donnée par le Ministère. Je n'aurais pas pu accuser Eléa vu qu'elle ne serait pas avec nous, mais j'avais lâchement peur. Après tout, si on découvrait cette sortie, je risquais gros et Dean aussi. Malgré tout, je pus lui donner une réponse quelques minutes plus tard.


J'accepte... Mais à deux conditions : qu'absolument personne ne soit au courant, et que nous allions dans un lieu où il n'y a pas de danger que l'on soit contrôlé ou trop fréquenté comme Pré-au-Lard. Disons que, si l'on sait que je suis sortie, nous aurons tous les deux de gros problèmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 1 Aoû - 15:16

J'accepte... Mais à deux conditions : qu'absolument personne ne soit au courant, et que nous allions dans un lieu où il n'y a pas de danger que l'on soit contrôlé ou trop fréquenté comme Pré-au-Lard. Disons que, si l'on sait que je suis sortie, nous aurons tous les deux de gros problèmes...

Dean acquiesça de la tête avant de tendre sa main à Leïlan. Celle-ci la prit dans la sienne de manière plutôt hésitante, presque timide et le jeune Anderson se rapprocha d'un pas.

- Nous serons les seuls au courant, je te le promets. Enfin, disons qu'il se pourrait qu'une quatrième personne le découvre mais sachant qu'il avait voté pour ta libération et que je compte beaucoup pour lui, je ne pense pas que ce serait un problème...

Détournant un instant son regard du sien, l'adolescent acquiesça à l'intention du phénix. Hadès s'envola haut au-dessus d'eux avant de revenir en piqué. A l'instant même où il allait les atteindre, une sphère de feu sembla les engloutir et ils disparurent, ne laissant que quelques cendres là où ils s'étaient tenus quelques instants auparavant.

Lorsqu'ils réapparurent, ils ne se trouvaient plus dans la forêt mais en haut d'une colline, qui surplombait une vaste lande, peuplée d'arbustes mais surtout d'animaux variés. Une horde de Sombrals couraient librement dans l'herbe fraiche en compagnie de licornes dont les robes d'une blancheur immaculée reflétaient presque l'éclat du clair de lune.

On pouvait apercevoir de hautes montagnes à l'horizon mais c'était surtout les quelques silhouettes qui volaient à proximité de ces massifs qui attiraient l'attention. Leur forme et les rares jets de feu qui illuminaient le ciel tels des lanternes à l'horizon permettaient de déduire qu'il s'agissait de dragons, en majorité des verts gallois si l'on en croyait leur couleur.

De l'autre côté de la lande, des bébés fléreurs jouaient entre eux avec un morceau de bois, sous l'œil attentif de leur mère. Dans le ciel volaient de minuscules oiseaux au plumage doré, en apparence très semblables au vifs d'or. Ces vivets dorés laissaient échapper de petits piaillements joyeux tout en s'amusant à faire des loopings dans tous les sens.

Remarquant l'air complètement abasourdi de la jeune fille, Dean se décida à reprendre la parole.

- Nous nous trouvons actuellement dans les Highlands, les hautes terres d'Ecosse. C'est le domaine de mon parrain, dont tu peux apercevoir le manoir derrière nous.

Alors qu'ils se retournaient, ils purent admirer à leur guise le "manoir" en question, davantage comparable à un château si l'on en croyait ses dimensions gargantuesques.

Se rendant compte que Leïlan grelottait légèrement sous l'effet du vent glacé, Dean retira sa cape et la plaça sur ses épaules, avant de détourner à nouveau son regard en direction de la lande.

- Mon parrain s'appelle Julian, Julian Rosenberg. Il est actuellement Chef du département des créatures magiques et occupe une place permanente au Magenmagot. C'est par lui que j'ai entendu parler de ton procès, je me rappelle encore l'air indigné qu'il avait ce soir là et combien il pestait contre le vieux McLane pour avoir voulu t'envoyer à Azkaban...

Le jeune homme s'assit sur un banc de pierre et attendit que sa nouvelle amie fasse de même avant de reprendre la parole d'une voix douce, compréhensive.

- Je ne peux pas prétendre savoir ce que tu traverses, ni la souffrance qui est la tienne mais sache que si un jour tu te sens vaciller, souviens-toi qu'il y aura toujours des gens prêts à te rattraper. Continua le Serdaigle, un léger sourire, mi-amusé, mi-mélancolique, flottant sur ses lèvres.

C'est ce moment que choisit Hadès pour cracher une boule de feu non loin devant eux, qui enflamma les quelques branches mortes s'y trouvant. L'herbe humide empêchant le feu de s'étendre, ils se contentèrent de laisser le feu les réchauffer.

- Julian a toujours été là pour moi. C'est quasiment lui qui m'a élevé, avec mes grands-parents. Il m'a enseigné un certain nombre de domaines magiques, aussi blanche que noire, puisque les restrictions à ce sujet étaient plus souples en France. Il m'a aussi enseigné à protéger mon esprit et mon cœur... de la même manière qu'il m'a transmis son amour des créatures magiques, et son désir de les protéger. C'est pour ça qu'il a fait de ses propres terres un refuge pour elles, en attendant qu'elles obtiennent les droits qui leur ont si souvent été refusés.

Ses yeux noisette semblaient perdus dans les flammes alors qu'il prononçait ces paroles, et Hadès en profita pour entonner un chant doux et réconfortant, qui emplissait leurs cœurs de chaleur et d'espoir. C'est à cet instant que Dean tourna la tête vers Leïlan, la fixant de son regard sombre avant de prendre une dernière fois la parole.

- Souhaites-tu que je sois là pour te rattraper, Leïlan ? Lui demanda-t-il tout en tendant sa main vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Dim 2 Aoû - 1:40

Sa main tendue me faisait l'effet d'un signe, celui d'un pont tendu que je pouvais prendre vers une voie meilleure. Pourtant, j'hésitais quelques minutes avant de la saisir timidement, preuve de ma peur omniprésente. Après tout, le monde devait avoir changé en deux ans, et je ne savais même pas si je pouvais faire totalement confiance à Dean, même si c'était inconsciemment le cas. Alors qu'il se rapprochait, je savais pourtant que c'était la meilleure solution pour moi et que, de toute façon, il était trop tard pour changer d'avis.

- Nous serons les seuls au courant, je te le promets. Enfin, disons qu'il se pourrait qu'une quatrième personne le découvre mais sachant qu'il avait voté pour ta libération et que je compte beaucoup pour lui, je ne pense pas que ce serait un problème...

Oh...

C'était plus de la surprise qu'autre chose d'ailleurs. Pour tout dire, je ne pensais pas qu'il y avait des gens réellement prêts à me soutenir ainsi, à ce point. Malgré tout, j'étais prête à prendre ce risque pour le suivre hors de Poudlard. Relevant les yeux vers Dean, j'eus juste le temps d'apercevoir le signe qu'il fit à l'attention du phénix avant que celui-ci se précipite vers nous. Par réflexe, je fermais les yeux et une sensation anormale de chaleur fut la seule chose étrange que je relevais, jusqu'à temps que j'ouvre les yeux.

Nous n'étions plus à Poudlard, cela était sûr. Déjà, la forêt avait disparu au profit d'une lande que je ne reconnaissais pas. Bien sûr, le plus flagrant était également la présence abondante de créatures magiques aussi diverses les unes que les autres. Si je reconnais certaines comme les Sombrals, les licornes et les fléreurs, l'apparition de jets de flamme qui illuminaient la nuit encore plus que la lune présente m'intriguaient, tout comme d'étranges oiseaux entièrement dorés. Sans m'en rendre véritablement compte, j'avais lâché la main de Dean et restais plantée là, complètement retournée par ce que je voyais. A vrai dire, cela devait être le choc du transport... Enfin, c'est que je me disais. Pourtant, je savais très bien que c'était uniquement dû au fait que j'avais enfin quitté Poudlard, ne serait-ce que le temps d'une nuit, et que cela me faisait un bien fou. Quelques larmes de joie et de soulagement emplissaient mes yeux, et j'étais tellement plongée dans mes pensées que je ne sentis même pas le froid qui me faisait frissonner.


- Nous nous trouvons actuellement dans les Highlands, les hautes terres d'Ecosse. C'est le domaine de mon parrain, dont tu peux apercevoir le manoir derrière nous.

C'est magnifique...

Ce fut certainement à ce moment que je me rendis compte du froid que je ressentais. A vrai dire, j'étais même gelé, n'ayant rien pris de particulier pour sortir et être ainsi exposée au vent glacial qui soufflait doucement et faisant doucement mouvoir mes cheveux noirs. Le manoir, comme il disait, ressemblait plus à un château mais je n'en dis rien. Il n'y avait pas besoin de le dire à mon avis. Soudain, je sursautais assez fortement : en fait, il s'agissait juste de Dean qui avait posé sa cape sur mes épaules. Lui jetant un regard à la fois reconnaissant et inquiet, je ne pus m'empêcher de lui murmurer quelques mots, me sentant pourtant idiote de lui dire.

Tu n'as pas froid toi ? Sinon, tu ferais mieux de la garder tu sais.

- Mon parrain s'appelle Julian, Julian Rosenberg. Il est actuellement Chef du département des créatures magiques et occupe une place permanente au Magenmagot. C'est par lui que j'ai entendu parler de ton procès, je me rappelle encore l'air indigné qu'il avait ce soir là et combien il pestait contre le vieux McLane pour avoir voulu t'envoyer à Azkaban...

Quoi... Que...

Même si j'avais un teint pâle, on devait avoir plus l'impression d'avoir affaire à une blancheur presque surnaturelle en me regardant actuellement. A vrai dire, le choc d'avoir compris qu'il devait connaître ce que je cachais me faisait peur : était-ce pour cela qu'il avait voulu faire une amitié avec moi ? Pour m'avoir de son côté ? Pour se protéger ? Pour m'amuser à me manipuler ? Ma colère grandissait comme un ressentiment, tout comme il devait maintenant être visible dans le regard que je lui adressais. Pourtant, je me tus encore, le laissant parler alors que je m'asseyais sur un banc de pierre non loin, à l'opposé de Dean.

- Je ne peux pas prétendre savoir ce que tu traverses, ni la souffrance qui est la tienne mais sache que si un jour tu te sens vaciller, souviens-toi qu'il y aura toujours des gens prêts à te rattraper.

Je ne savais pas si je devais encore être énervée ou non par ses paroles. A vrai dire, je réfléchissais tellement que souvent, j'en perdais la notion de temps et je n'écoutais que d'une oreille ce que l'on me disait. Me plongeant dans les flammes du petit feu de bois qu'avait allumé le phénix, j'écoutais donc tout juste ce que me disait Dean.

- Julian a toujours été là pour moi. C'est quasiment lui qui m'a élevé, avec mes grands-parents. Il m'a enseigné un certain nombre de domaines magiques, aussi blanche que noire, puisque les restrictions à ce sujet étaient plus souples en France. Il m'a aussi enseigné à protéger mon esprit et mon cœur... de la même manière qu'il m'a transmis son amour des créatures magiques, et son désir de les protéger. C'est pour ça qu'il a fait de ses propres terres un refuge pour elles, en attendant qu'elles obtiennent les droits qui leur ont si souvent été refusés.

Tu as de la chance que quelqu'un ait pu t'apprendre à te défendre vraiment avant qu'il ne soit trop tard.

Mon ton était acide, bien plus que ce qu'il n'aurait dû être, mais je ne m'excusai pas. Après tout, c'était la vérité non ? Le chant du phénix m'apaisa pourtant en partie, me donnant l'espoir qu'un jour je saurais vraiment me battre contre toutes les menaces. Machinalement, j'avais serré brusquement mon poing si petit et si blanc et je le fixais.

- Souhaites-tu que je sois là pour te rattraper, Leïlan ?

Ai-je vraiment le choix Dean ? J'ai l'impression que tu sais tout de moi et que je ne sais rien de toi, ou presque. Ai-je vraiment le choix d'accepter ceci ?

Oui, j'étais amère malgré moi. Disons que le fait qu'il connaisse déjà des bribes de mon passé sans que je ne me décide moi-même à lui en parler était difficile à accepter pour moi, même s'il ne semblait pas me vouloir de mal. J'avais gardé de ces évènements tels que le procès un mépris envers le monde, une haine des gens et une froideur difficile à percer. Pourtant, malgré tout, je saisis sa main.

N'essaie pas de jouer avec ce genre d'informations, sinon, cela te coûtera cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Dim 2 Aoû - 2:38

N'essaie pas de jouer avec ce genre d'informations, sinon, cela te coûtera cher.

Les précédentes paroles prononcées par la jeune fille avaient laissé un goût amer dans la bouche du Serdaigle. Ne tardant pas à lâcher sa main, il détourna son regard en direction de la lande. Cela valait-il la peine qu'il y mette tant d'acharnement ?

Hadès vint se poser sur son épaule et comme s'il sentait ses doutes, frotta son bec contre sa joue. Dean esquissa un faible sourire avant de murmurer à voix basse tout en fermant les yeux.

- Oui, j'ai froid... j'ai toujours eu froid...

Puis il rouvrit les yeux et dirigea son regard vers la lande tout en réfléchissant aux paroles de Leïlan. Il finit par reprendre la parole d'une voix monocorde.

- Ce que je sais à ton sujet, ce sont les accusations proférées à ton encontre au procès, que Jarod Goldsmith a été ton avocat et la sanction qui en a finalement résulté. Je ne sais rien de plus, ni n'ai cherché à en savoir davantage car ce ne sont pas mes affaires.

C'était la vérité. Il n'avait jamais demandé à Julian d'informations sur la vie privée des suspects étant passés devant le Magenmagot, et encore moins au sujet de Leïlan. Quand son parrain lui avait dit que la jeune Valingaï ne représentait pas de danger, le jeune homme l'avait cru sans la moindre hésitation.

Se levant du banc, Dean réalisa qu'il avait peut-être trop insisté. Il était vrai qu'il avait vu une amitié possible et durable entre eux mais il ne savait que trop bien ce que ça faisait d'être mis dos au mur, sans possibilité de choisir. Observant un instant une licorne nourrir son poulain, avec un regard presque tendre, l'adolescent finit par prendre sa décision.

Se retournant vers Leïlan, son visage était d'une impeccable neutralité mais ses yeux trahissaient sa gêne et sa confusion.

- Désolé, je crois que je ne suis vraiment plus habitué à sympathiser avec d'autres êtres humains. A beaux-bâtons déjà, je n'étais pas des plus doués en matière de relations sociales... ça me fait au moins une différence avec lui. Termina-t-il, un sourire sarcastique flottant sur ses lèvres alors qu'il semblait se remémorer une scène du passé.

Jamais il n'oublierait le duel qui l'avait opposé à son géniteur. Lorsque sa grand-mère Sophia était décédée, Thomas avait soudainement décidé qu'il était temps que son fils, le fils qu'il n'avait pas pris la peine de voir depuis plus de six ans, vienne vivre avec lui en Angleterre.

Sa main se serra compulsivement sur un médaillon qu'il portait au cou, dissimulé sous ses vêtements. Il s'agissait d'une photo de lui avec sa "vraie" famille. Ses deux grands-mères, Sophia et Teresa, et son parrain, Julian. Plus récemment, Hadès était venu s'ajouter à cette famille mais ces trois là restaient les seuls humains qui comptaient à ses yeux, les seuls de toute cette planète.

Puis il sembla sortir de ses pensées et posa à nouveau son regard sur Leïlan. Passant une main dans ses cheveux tout en essayant de savoir par où commencer, il ne tarda pas à se rasseoir sur son banc de pierre, Hadès se posant sur ses genoux.

- Je m'appelle Dean Anderson, je suis né le 13 octobre 2006 à Paris. Fils de Thomas Anderson et de Claire Dupuis Anderson, ma mère n'a pas survécu à l'accouchement qui m'a vu naître. Mon père m'a considéré responsable de sa mort et m'a confié à la garde de mes grands-mères. Ce sont elles qui m'ont élevé, dans un petit village français. J'ai connu Julian depuis mon plus jeune âge et c'est lui qui m'a remis l'œuf d'Hadès quand j'avais huit ans. Je suis entré à Beaux-bâtons à onze ans et y ai passé les deux premières années de ma scolarité. A la fin de cette seconde année, j'ai...

Il s'arrêta net, sentant la bile lui remonter dans la gorge alors que la scène se déroulait à nouveau sous ses yeux. Jusqu'ici, il avait réussi à conserver un ton neutre, détacha mais il savait qu'il n'allait pas réussir à rester aussi calme pour ce qui allait suivre. Serrant les poings jusqu'à ce que ses jointures en deviennent blanches, il redressa la tête et plongea son regard perçant dans celui de Leïlan avant de prendre à nouveau la parole.

- Ma grand-mère Sophia est morte sous mes yeux à la fin de ma seconde année. Elle a été sauvagement assassinée par un groupe de mangemorts venus de ce foutu pays! Et tout ce que j'ai appris pour me défendre n'a servi à rien! Je n'ai même pas eu le temps de réagir, je n'ai pas pu la défendre...

Il tremblait à présent et s'il savait que ses yeux resteraient secs tant il avait déjà pleuré auparavant, il retenait à peine la rage qui le consumait intérieurement. Comment aurait-il pu blâmer Leïlan d'avoir tuer des mangemorts quand lui-même avait été témoin de leur barbarie? C'était absurde...

- C'est à la suite de ça que mon géniteur s'est souvenu de mon existence et a décidé qu'avoir son "fils prodigue" à ses côtés pendant sa campagne lui ferait de la bonne publicité. Voilà un résumé de cette extraordinaire histoire qu'est ma vie, pas aussi intéressant que les tabloïdes le laissent croire, hein?

A la fin de sa phrase, il n'y avait plus de colère dans sa voix, juste... de l'amertume et du regret. Il regrettait l'époque où il était "juste" Dean, où il vivait tranquillement en compagnie de ses grands-mères et se liait d'amitié avec toute sorte de créature magique, à cette époque où les gens ne se retournaient pas dans la rue pour murmurer à son sujet...

- Maintenant, tu n'es ni obligée de me croire, ni d'accepter mon amitié. Si tu refuses, tu pourras quand même demander à Hadès de t'emmener où tu le désires, il ne te dira jamais non. Je n'ai pas non plus intérêt à te dénoncer, ni l'envie de le faire d'ailleurs... En ce qui me concerne, je n'ai rien d'autre à ajouter.

C'était la première fois qu'il se confiait ainsi et il devait reconnaître qu'il sentait presque le poids posé sur ses épaules s'alléger un peu. Même si Leïlan ne voulait plus jamais lui reparler, au moins aurait-il pu parler à un autre être humain de son âge pendant quelques minutes. Et puis si elle le trahissait... ce serait probablement sa faute, d'avoir été suffisamment naïf pour faire confiance.

Mais il ne ferait pas marche arrière. Cela avait été le dernier souhait de Sophia juste avant qu'elle ne meure : essayer de s'ouvrir aux autres, de faire confiance... C'était fou ce qu'elle lui manquait, songea-t-il tout en fixant le feu d'un air presque perdu. Il aurait tout donné pour qu'elle soit encore là, pour qu'elle le gronde ou lui ébouriffe les cheveux comme il détestait...

Mais le destin ne lui avait pas permis et il devait continuer à avancer. Il n'était pas du genre à se laisser abattre après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Lun 3 Aoû - 0:39

Il lâcha tellement rapidement ma main que je compris que j'avais fait une bêtise, et m'en voulus aussitôt. C'était stupide, non ? Faire du mal aux gens et le regretter aussitôt je veux dire. Mais, de toute façon, ne l'étais-je pas ? J'observais le phénix perché sur l'épaule de Dean, et j'aurais presque pu voir le regard de mécontentement qu'il me lançait. Avais-je vraiment besoin de cela ? Cependant, alors que j'allais me lever du banc pour m'éloigner et le laisser en paix pour me faire pardonner, j'eus son murmure, si bas que j'aurais pu facilement l'oublier.

- Oui, j'ai froid... j'ai toujours eu froid...

C'est un froid moral n'est-ce pas ? Tu souffres.

J'aurais dû m'en douter de toute façon. Même si je ne ressentais plus totalement ce froid, il avait pris possession de moi durant ces fameux évènements secrets et j'aurais dû le sentir chez lui. Maintenant... J'avais réussi à le tenir à l'écart mais pour combien de temps encore ? Déjà, par moments, je le sentais revenir, engourdissant mes pensées.

- Ce que je sais à ton sujet, ce sont les accusations proférées à ton encontre au procès, que Jarod Goldsmith a été ton avocat et la sanction qui en a finalement résulté. Je ne sais rien de plus, ni n'ai cherché à en savoir davantage car ce ne sont pas mes affaires.

Tu en sais déjà beaucoup plus que tout le monde hormis quelques adultes.

En effet, à part Rhonin, Eléa et le directeur, personne n'était même au courant de mes véritables ennuis. Certes, quelques rumeurs se propageaient mais je les réfutais, par sécurité. Je ne voulais pas être jugée, ou tout simplement manipulée.

Et qu'est-ce que cela te fait que j'ai tué des gens et utilisé de la magie noire ? Étonnant. La plupart des gens sont outrés puis soit me détestent, soit me fuient. Cela change agréablement.

Certes, j'avais gardé un ton tout à fait neutre. Cependant, il ne fallait pas s'y tromper : j'étais à la fois surprise et heureuse. Pour une fois, aurais-je trouvé quelqu'un de véritablement objectif ? Cela était tellement rare qu'un léger sourire illumina mes lèvres, qui s'effaça une fois que je croisai le regard gêné de Dean.

- Désolé, je crois que je ne suis vraiment plus habitué à sympathiser avec d'autres êtres humains. A beaux-bâtons déjà, je n'étais pas des plus doués en matière de relations sociales... ça me fait au moins une différence avec lui.

Je doute être meilleur que toi tu sais. Cela nous fait un point commun.

Malgré mes paroles, il sentait tout de même tendu, comme stressé par quelque chose ou pris dans des souvenirs négatifs. Je voyais bien qu'il tenait quelque chose, mais n'osait lui demander ce dont il s'agissait. A vrai dire, vu que je détestais quand les gens s'immisçaient dans ma vie privée, je n'allais pas moi-même le faire après tout. C'est ainsi que je le vis se rasseoir et me raconter son histoire.

Oh, bien sûr, j'aurais voulu l'interrompre plus d'une fois. A vrai dire, je ne supportais pas, ou plutôt plus, entendre les malheurs des autres. Pourtant, je faisais un effort pour Dean, qui m'offrait cela alors que je doutais que cela soit son genre. Je le voyais en colère, amer contre les mangemorts et le destin qui avait fait disparaître tout ceux qu'il aimait et je ressentais de la compassion. Cette sensation, je ne la souhaitais pourtant pas : à quoi bon la compassion lorsque l'on perdait tout ? Jamais rien ne peut changer cela, et on ne pouvait que détester cette émotion. Je le comprenais tellement même si mon passé était totalement différent. Je le comprenais bien plus qu'il ne pouvait le penser. Être seul membre de sa famille, c'était un peu ce que je ressentais : j'avais peut-être Eléa, mais ce n'était pas vraiment ma famille, juste un faux substitut.


- Maintenant, tu n'es ni obligée de me croire, ni d'accepter mon amitié. Si tu refuses, tu pourras quand même demander à Hadès de t'emmener où tu le désires, il ne te dira jamais non. Je n'ai pas non plus intérêt à te dénoncer, ni l'envie de le faire d'ailleurs... En ce qui me concerne, je n'ai rien d'autre à ajouter.

Tu crois vraiment que si je refusais j'utiliserais ton phénix pour simplement satisfaire mes besoins ? Je ne suis pas comme ça Dean

Même si cela n'était pas ce qu'il devait attendre comme réponse,je n'avais pu m'empêcher de me sentir vexé par cette remarque. Si je refusais une amitié, c'était pou tout, même pour des "emprunts" de ce genre. Si je refusais, ce n'était pas pour conserver tout de même un minimum de confort pour moi. Si je refusais, c'était parce que je n'appréciais pas la personne, ou me méfiais d'elle. Or, vu ses confidences, je ne pouvais pas, je ne voulais pas me méfier de lui. Pourtant, sur le coup, je me levais du banc de pierre et marchais un peu à travers la lande. Je sentais que Dean était derrière moi mais je ne m'arrêtais pas, pas pour le moment : j'avais juste besoin de marcher, pour oublier tout ce qui remontait. Cela me faisait vraiment mal d'y repenser et pourtant, c'est ce que je faisais. Enfin, au fil de mes pas, je finis par arriver dans une sorte de clairière où paissait tranquillement un Sombral qui releva la tête à mon approche puis m'ignora. M'arrêtant brusquement pour me laisser tomber au pied d'un arbre, je relevais mes yeux d'où s'échappaient quelques larmes et fixais Dean qui était en face de moi.

J'ai tellement du mal à faire confiance aux gens que je fais une tonne d'erreurs envers ceux qui peuvent être des amis. Bien sûr que j'accepte.

M'arrêtant quelques instants le temps de replier mes jambes contre ma poitrine et de poser ma tête dessus, je repris ensuite, les yeux clos.

Je n'ai pas vécu la même chose que toi. J'ai eu vécu un mensonge familial, un emprisonnement chez les Mangemorts à cause de la Veuve Noire, l'incompréhension des gens et du Ministère puis la trahison d'un ami. Et tu sais le pire ? C'est que je ne regrette pas d'avoir tué ces mangemorts, même si la cause de ces meurtres n'a plus mon amitié. A quoi servent les regrets après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Lun 3 Aoû - 2:12

Je n'ai pas vécu la même chose que toi. J'ai eu vécu un mensonge familial, un emprisonnement chez les Mangemorts à cause de la Veuve Noire, l'incompréhension des gens et du Ministère puis la trahison d'un ami. Et tu sais le pire ? C'est que je ne regrette pas d'avoir tué ces mangemorts, même si la cause de ces meurtres n'a plus mon amitié. A quoi servent les regrets après tout ?

Dean ne sut pas pourquoi il agit ainsi mais alors qu'elle s'était repliée sur elle-même pour prononcer ces mots, aussi bien physiquement que mentalement, il sentit l'inextricable besoin de la réconforter.

C'est pourquoi il se mit à genoux devant elle et la prit dans ses bras, dans une étreinte presque maladroite mais qui irradiait de chaleur et de sollicitude. Il n'avait jamais vraiment été du genre à enlacer spontanément les gens, même ses proches mais le désespoir qu'il sentait chez Leîlan suscitait chez lui des réactions tout aussi inhabituelles.

- Je me fiche que tu aies tué des mangemorts ou que tu aies utilisé la magie noire, ces gens ne savent pas... ils ne savent pas ce que c'est que de souffrir, ou de vouloir protéger quelqu'un. Cachés derrière leurs œillères, ils sont imperméables à la réalité, et ne voient que leurs lois, rigides et complètement décalées en comparaison de l'ère sombre que nous traversons...

Il s'écarta alors un peu d'elle et porta doucement, avec hésitation, une main jusqu'à la joue pâle et froide de la jeune fille, essuyant les larmes qui y coulaient avec toute la délicatesse dont il était capable. Ses orbes noisettes montraient clairement que le garçon n'était pas sûr de ce qu'il faisait, il ne prévoyait aucune de ses actions ou de ses paroles à l'avance, se fiant peut-être pour la première à son cœur pour lui dire quoi faire.

- Cet ami n'en était pas un s'il a pu trahir une fille comme toi... mais tu as raison, les regrets ne servent pas à grand chose, si ce n'est à nous rappeler les dures épreuves du passé. Nos passés sont différents mais au final, on se retrouve un peu au même point et... je suis désolé, je sais pas trop ce qu'il est approprié de dire ou de faire dans ce genre de moments, je...

Il prit quelques instants pour se calmer et retrouver une respiration à peu près régulière. Fixant toujours Leïlan du regard, il reprit la parole d'une voix un peu plus sûre.

- Les autres personnes ont peut-être peur ou se sentent "outrés" par ce que tu as fait, et la personne qu'ils croient que tu es... mais pas moi. Je trouve que tu as eu énormément de courage et de sang-froid. J'aurais... j'aurais voulu pouvoir faire de même.

L'esquisse d'un sourire rassurant mais tout aussi maladroit que son étreinte naquit sur ses lèvres et il prit les mains de la jeune fille dans les siennes. Il se surprit à vouloir infuser un peu de chaleur en elles, autant la chaleur corporelle qui allait se transmettre par leurs doigts entremêlés que la chaleur intérieure qui leur manquait à tous les deux. Etait-il possible que deux cœurs glacés puissent se réchauffer un peu en restant à proximité ?

- Je ne m'attends pas à ce que ce soit facile... il faudra sûrement du temps avant qu'on soit vraiment à l'aise en présence de l'autre, et en confiance mais... j'ai envie d'essayer. Je pense que contrairement à ce que disent ces idiots, tu en vaux largement la peine et... pour être franc, si ça leur déplaît, ils peuvent tous aller au diable.

La voyant grelotter ou peut-être trembler à nouveau, alors qu'elle était assise dos à cet arbre, il alla s'asseoir à côté d'elle et passa un bras derrière ses épaule pour l'amener contre lui. Les recouvrant tous deux de sa cape, il essayait de penser à ce qu'il pouvait faire pour alléger son fardeau, pour qu'elle se sente mieux mais ses efforts semblaient vains.

- On n'a pas à être des marionnettes au service de leurs conventions... on a le droit de vivre comme les autres, d'être libres. Si tu veux, on ira en France... y a des paysages magnifiques là-bas et beaucoup d'être magiques qu'il n'y a pas ici...

Et il continua à parler pendant plusieurs minutes tout en la berçant doucement. Il lui raconta les divers paysages de France, les plaines verdoyantes, les plages de sable blanc, les montagnes, les champs de blé... il lui parla de Beaux-bâtons et de certains de ses anciens professeurs aux caractères déjantés. De cette voix douce et apaisante qu'il ne reconnait presque pas lui-même, il lui confia avoir rencontré des sirènes étant enfant, alors qu'il s'était perdu près d'un grand lac, il lui expliqua comment un Sombral l'avait pris sur son dos pour le ramener chez lui et la déculottée qu'il avait reçu pour avoir autant inquiété ses grands-mères.

Choses insolites ou souvenirs presque joyeux, il décrivait tout ce qui lui passait par la tête qui serait susceptible de sortir Leïlan de ses idées noires. Une phrase lui revint alors à l'esprit, une phrase que lui avait dite Julian il y a longtemps...

- Aliit ori'shya tal'din. Prononça-t-il dans un murmure.

Remarquant le regard interrogateur que la Serdaigle porta sur lui, le garçon expliqua.

- C'est de l'elfique, ça veut dire "La famille est plus que la lignée de sang". Je n'avais pas compris cette phrase, la première fois que Julian me l'a dite mais avec le temps... je crois que j'ai réalisé ce qu'il voulait me dire. La famille, ce ne sont pas ceux avec qui nous partageons une ascendance ou descendance commune, c'est... ceux qui nous aiment, et qui tiennent à nous.

Dean se souvint de la raison pour laquelle son parrain lui avait dit ça. Thomas Anderson avait beau être son père, lié avec lui par le sang, ce n'était pas vraiment sa "famille". Pas autant en tout cas que Julian, qui avait pris part à l'éducation du garçon depuis son plus jeune âge.

- Je n'ai pas beaucoup à t'offrir mais si tu veux... si tu as envie, j'aimerais t'aider... je ne sais pas si je peux faire grand chose mais je veux vraiment essayer... d'être ton ami, d'être quelqu'un d'important pour toi comme tu seras quelqu'un d'important pour moi. Est-ce que tu comprends?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Mar 4 Aoû - 1:58

Lorsque je le vis s'agenouiller en face de moi, je crus tout d'abord qu'il voulait juste s'asseoir pour me parler, tout simplement. Cependant, lorsqu'il me prit dans ses bras, je me raidis quelques instants, surprise et n'aimant pas forcément ce genre de contacts normalement. Malgré tout, après quelques minutes, je me détendis et me laissais faire. En effet, je sentais bien que cet acte n'était pas un acte prémédité, au contraire. Et puis, il fallait avouer que cela me faisait du bien : recevoir rien que pour moi tant de chaleur et de tentative d'apaisement par la sollicitude était vraiment agréable.

- Je me fiche que tu aies tué des mangemorts ou que tu aies utilisé la magie noire, ces gens ne savent pas... ils ne savent pas ce que c'est que de souffrir, ou de vouloir protéger quelqu'un. Cachés derrière leurs œillères, ils sont imperméables à la réalité, et ne voient que leurs lois, rigides et complètement décalées en comparaison de l'ère sombre que nous traversons...

Je me fiche d'eux. Au début, j'ai tenté d'en contraindre par la force et la magie noire indirecte pour me venger mais j'ai laissé tomber. Cela ne sert à rien ils sont pires que de la mauvaise herbe.

Alors qu'il s'écartait doucement, je crus qu'il allait me laisser seule et relevait des yeux presque effrayés vers lui. Oui, pour une fois, j'avais envie que quelqu'un reste avec moi quand je broyais du noir, je refusais cette solitude en sachant qu'il était là. Cependant, il n'était pas parti, bien au contraire : alors que je croisais de mes yeux encore larmoyants ses prunelles hésitantes et incertaines, je sentis puis vis sa main sur ma joue qui essuyait délicatement mes larmes qui coulaient encore.

- Cet ami n'en était pas un s'il a pu trahir une fille comme toi... mais tu as raison, les regrets ne servent pas à grand chose, si ce n'est à nous rappeler les dures épreuves du passé. Nos passés sont différents mais au final, on se retrouve un peu au même point et... je suis désolé, je sais pas trop ce qu'il est approprié de dire ou de faire dans ce genre de moments, je...

Reste toi-même tout simplement

Un léger sourire mouillé accompagnait mes quelques paroles alors qu'il commençait légèrement à pleuvoir. Après tout, c'était chouette ce genre de temps : la pluie se confondait avec les larmes, et cela lui cachait ma tristesse, non ?

- Les autres personnes ont peut-être peur ou se sentent "outrés" par ce que tu as fait, et la personne qu'ils croient que tu es... mais pas moi. Je trouve que tu as eu énormément de courage et de sang-froid. J'aurais... j'aurais voulu pouvoir faire de même.

Je serais si courageuse, j'aurais su me défendre, ce qui n'est pas le cas.Alors appelons un troll un troll : je suis surtout inconsciente et irréfléchie.

Une légère moue d'excuse apparut sur mon visage lorsque je me rends compte que mon ton avait été bien plus dur et acide que ce que j'aurais voulu. Pourtant, Dean continuait à me sourire chaleureusement et à me rassurer en me prenant les mains doucement. Le tirant légèrement vers moi, je tentais de l'abriter également sous les feuilles de l'arbre, afin qu'il ne finisse pas trempé. Après tout, finir avec un ami enrhumé pour une première rencontre, ce n'était pas vraiment le mieux, n'est-ce pas ?

- Je ne m'attends pas à ce que ce soit facile... il faudra sûrement du temps avant qu'on soit vraiment à l'aise en présence de l'autre, et en confiance mais... j'ai envie d'essayer. Je pense que contrairement à ce que disent ces idiots, tu en vaux largement la peine et... pour être franc, si ça leur déplaît, ils peuvent tous aller au diable.

Je ne pus m'empêcher de rosir légèrement face à ce compliment, malgré mes quelques pleurs et tremblements qui subsistaient. Je l'observais s'asseoir près de moi, m'attirer vers lui pour que nous puissions partager notre chaleur en cette nuit froide et pluvieuse et j'appréciais la tranquillité de notre situation malgré tout. J'avais trouvé quelqu'un à qui parler dans toute cette fichue école, quelqu'un qui en plus pouvait alléger ma peine ! Quoi de plus beau ?

- On n'a pas à être des marionnettes au service de leurs conventions... on a le droit de vivre comme les autres, d'être libres. Si tu veux, on ira en France... y a des paysages magnifiques là-bas et beaucoup d'être magiques qu'il n'y a pas ici...

La France.. Quel beau pays apparemment ! Je ne connaissais qu'un peu de l'Angleterre et surtout la Russie mais cela avait l'air tellement différent. Le laissant parler doucement, je fermais les yeux, me faisant doucement bercer par Dean, comme si je n'était qu'une petite fille et lui un adulte responsable. D'un sens, ne serait-ce pas le cas lorsqu'on regardait la situation ?

Un jour, on ira en France, et en Russie aussi si tu veux. Mais si on va là où je pense, il faudra qu'on y reste une soirée entière. Je connais des gens là-bas qui sont très accueillants et tolérants alors...

- Aliit ori'shya tal'din.

Qu'est-ce que c'était que cela ? Je ne connaissais pas du tout cette phrase, et mon air perplexe lui était apparemment visible puisqu'il expliqua ses propos.

- C'est de l'elfique, ça veut dire "La famille est plus que la lignée de sang". Je n'avais pas compris cette phrase, la première fois que Julian me l'a dite mais avec le temps... je crois que j'ai réalisé ce qu'il voulait me dire. La famille, ce ne sont pas ceux avec qui nous partageons une ascendance ou descendance commune, c'est... ceux qui nous aiment, et qui tiennent à nous.

Heureusement pour les liens du sang sinon, je n'aurais plus de famille. Disons qu'elle m'a renié il y a deux ans.

Pourquoi lui dis-je cela ? Aucune idée, sûrement un acte quelque peu irréfléchi. Je ne voulais pas qu'il comprenne qu'Eléa était ma tutrice, que j'étais encore plus différente à cause de cela.

Mais d'un sens... Je ne dois pas avoir une très grande famille alors, n'est-ce pas ? Et toi, elle est grande ta famille ?

- Je n'ai pas beaucoup à t'offrir mais si tu veux... si tu as envie, j'aimerais t'aider... je ne sais pas si je peux faire grand chose mais je veux vraiment essayer... d'être ton ami, d'être quelqu'un d'important pour toi comme tu seras quelqu'un d'important pour moi. Est-ce que tu comprends?

Je ne pus qu'hocher la tête lorsque j'entendis cette proposition, quelques larmes rejaillissant de nouveau. Oui, bien sûr que je voulais être son amie, sa meilleure amie même s'il le voulait ! Il semblait être le seul à me comprendre ici, cela était donc logique.

J'accepte. Je ferais de mon mieux pour être à la hauteur et devenir quelqu'un d'important pour toi. Je tâcherais de ne pas te décevoir Dean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Mar 4 Aoû - 17:47

J'accepte. Je ferais de mon mieux pour être à la hauteur et devenir quelqu'un d'important pour toi. Je tâcherais de ne pas te décevoir Dean.

Dean se rapprocha une nouvelle fois de Leïlan, séchant doucement ses larmes d'une main alors qu'il avait laissé l'autre derrière les épaules de l'adolescente pour la garder contre lui. Esquissant un léger sourire, il reprit la parole d'une voix douce.

- Grande? Et bien... oui et non. Comme êtres humains, j'en ai peu. Ma grand-mère et Julian étaient les deux seuls auxquels je tenais vraiment... et maintenant, tu viens t'ajouter à eux. Sinon, il y a Hadès bien sûr, qui m'accompagne depuis toujours, et puis aussi Pholos, un vénérable centaure qui vit non loin d'ici...

Il déposa un léger baiser sur son front qui fit rougir la Serdaigle avant de lui adresser un sourire tendre.

- Cette famille... tu en fais partie maintenant. Tu me montreras les paysages enneigés de Russie et moi, je te ferai découvrir les paysages de France. Même si pour le moment, on le fait de manière clandestine, si tu veux... quand on finira Poudlard, on partira tous les deux. Ma grand-mère m'a toujours dit qu'elle regrettait de ne pas voir eu de petite fille et puis...

Voyant que la jeune fille s'était remise à grelotter, il la prit à nouveau dans ses bras, lui même un peu tremblant mais sa voix demeurait porteuse d'espoir, d'espoir en un lendemain meilleur.

- Là-bas, on ne serait plus jugés. On serait juste Leïlan et Dean...

Puis, tout en la gardant enlacée, il baissa un peu la tête et posa son front contre le sien. Les yeux noisette de l'adolescent se plongèrent dans les perles azurées de la Serdaigle, laissant entrevoir un flot d'émotions qu'ils peinaient presque à reconnaître. Compréhension, chaleur humaine, bien-être, espoir...

- Je ne te demande pas d'être quelqu'un d'autre. Je veux que toi, toi toute entière, Leïlan Valingaï, tu sois mon amie, ma meilleure amie. Ce n'est pas une question d'être à la hauteur ou de ne pas décevoir... parce qu'on fera sûrement des erreurs, on se chamaillera peut-être mais... on sera là l'un pour l'autre, pour longtemps... pour toujours, j'espère.

Il tremblait lui aussi à présent mais ce n'était pas à cause du froid. Ses yeux se mirent à briller sous le reflet des larmes qui y perlaient... mais il souriait, pas le genre de sourire sarcastique qu'il adressait à la presse ou aux professeurs, non. C'était un sourire sincère, chaleureux et... heureux peut-être.

- C'est bête mais... j'en étais venu à me dire que je finirai ma vie seul, faute de trouver quelqu'un d'intéressant avec qui la partager et... je sais pas pourquoi, maintenant que j'ai enfin quelqu'un à mes côtés, je... je pleure. Je suis heureux mais je pleure, c'est bizarre, hein?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Mer 5 Aoû - 0:15

Alors qu'il séchait de nouveau mes larmes, je réussis à capturer un peu d'espoir contenu dans son regard. Oui, il semblait vraiment désireux de m'aider, malgré notre âge identique et mes ennuis. Pour une fois, j'étais à peu près à l'aise au contact d'une autre personne, même si j'étais quand même tendue contre lui. Petit à petit, j'arrêtais de pleurer, au fur et à mesure qu'il séchait mes larmes.

- Grande? Et bien... oui et non. Comme êtres humains, j'en ai peu. Ma grand-mère et Julian étaient les deux seuls auxquels je tenais vraiment... et maintenant, tu viens t'ajouter à eux. Sinon, il y a Hadès bien sûr, qui m'accompagne depuis toujours, et puis aussi Pholos, un vénérable centaure qui vit non loin d'ici...

C'est déjà énorme. Moi, je n'ai que toi en famille. Et les Sombrals de Poudlard peut-être. Et quelques Russes, que je pourrais te présenter si nous allons là-bas.

Inclure des créatures magiques dans une famille pouvait sembler étrange, mais pas à mes yeux. Je savais pourtant que les créatures magiques nous comprennent bien plus facilement que les humains, vu qu'ils ont beaucoup moins de préjugés. Cependant, je m'arrêtais le temps de réfléchir lorsque Dean m'embrassait doucement sur le front. J'étais tellement surprise que je ne me rendis pas compte que j'étais rouge comme une tomate alors qu'il me souriait tendrement.

- Cette famille... tu en fais partie maintenant. Tu me montreras les paysages enneigés de Russie et moi, je te ferai découvrir les paysages de France. Même si pour le moment, on le fait de manière clandestine, si tu veux... quand on finira Poudlard, on partira tous les deux. Ma grand-mère m'a toujours dit qu'elle regrettait de ne pas voir eu de petite fille et puis...

Oui, on partira. Après Poudlard, je doute vouloir revoir l'Angleterre de si tôt. J'y aurais passé bien trop de temps...

Le pire dans tout ça, c'est que je commençais à avoir de nouveau froid à cause de la pluie qui commençait à tomber assez fortement sur nous. Sachant que j'ai les cheveux longs et non protégés, ils commençaient à me dégouliner dans le cou : je savais que j'aurais certainement un bon rhume le lendemain. Me serrant contre lui alors qu'il me tenait de nouveau, je sentais qu'il était apparemment dans le même cas que moi.

- Là-bas, on ne serait plus jugés. On serait juste Léïlan et Dean...

Pas de nom à faire respecter, juste deux prénoms...

- Je ne te demande pas d'être quelqu'un d'autre. Je veux que toi, toi toute entière, Leïlan Valingaï, tu sois mon amie, ma meilleure amie. Ce n'est pas une question d'être à la hauteur ou de ne pas décevoir... parce qu'on fera sûrement des erreurs, on se chamaillera peut-être mais... on sera là l'un pour l'autre, pour longtemps... pour toujours, j'espère.

Je l'espère aussi tu sais. Je n'ai plus envie d'être seule maintenant que je sais que je peux avoir quelqu'un sur qui compter.

Un léger sourire était apparu sur mes lèvres alors que je n'avais fait que murmurer ces quelques mots. A vrai dire, vu que nos fronts étaient collés l'un à l'autre, il n'y avait pas besoin de parler à haute voix. Pourtant, malgré la paix du moment, je vs quelques larmes apparaître dans ses yeux.

- C'est bête mais... j'en étais venu à me dire que je finirai ma vie seul, faute de trouver quelqu'un d'intéressant avec qui la partager et... je sais pas pourquoi, maintenant que j'ai enfin quelqu'un à mes côtés, je... je pleure. Je suis heureux mais je pleure, c'est bizarre, hein?

Pleure mon cher idiot, pleure.

Je n'avais pas pu m'empêcher d'émettre un rire étranglé par les larmes qui recommençaient à couler. D'ailleurs, pour la peine, je l'enlaçais par les épaules à mon tour.

Oh, et puis zut, on ne va jamais s'en sortir ! Si tu pleures, je pleure, et je pleure facilement toute seule ! Nous ne sommes pas sortis de là, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Ven 7 Aoû - 20:25

Oh, et puis zut, on ne va jamais s'en sortir ! Si tu pleures, je pleure, et je pleure facilement toute seule ! Nous ne sommes pas sortis de là, n'est-ce pas ?

Dean laissa échapper lui aussi un petit rire en entendant ça mais stoppa net lorsqu'il sentit la jeune fille l'enlacer à son tour. Ce n'était pas non plus le genre de contact auquel il était habitué mais il se détendit rapidement et répondit délicatement à son étreinte.

Il ne sut pas combien de temps ils restèrent ainsi enlacés l'un et l'autre mais il sortit finalement de sa transe lorsqu'il entendit un bruit de raclement de gorge, légèrement amusé. Redressant la tête, il s'aperçut que la pluie avait cessé et qu'une silhouette se trouvait à quelques mètres d'eux.

Vêtu du long manteau sombre, brillant d'un éclat argenté sous la lumière du clair de Lune, l'individu à la peau d'un noir d'encre les observait d'un air stoïque. Toutefois, ses yeux d'un vert émeraude si intense qu'ils en devenaient presque hypnotiques, laissaient entrevoir de l'amusement, quand ils n'étaient pas dissimulés par quelques mèches de ses longs cheveux bleu foncés.

- Prince Aldaron ? S'étrangla Dean en le fixant du regard, les yeux exorbités.

Le dénommé Aldaron se contenta d'acquiescer de la tête tout en regardant les deux adolescents se relever devant lui. Etrangement, malgré la rapidité avec laquelle ils s'étaient écartés l'un de l'autre avant de se relever, ils se tenaient toujours fermement par la main alors qu'ils se tenaient à présent devant lui.

De part sa nature elfique, le prince savait reconnaître un lien lorsqu'il se formait et de la même manière qu'il avait vu le lien profond qui unissait Anna et Jarod, il pouvait voir les esquisses d'un lien similaire se former entre les deux élèves devant lui... non, un lien peut-être encore plus fort, s'il s'agissait bien d'âmes sœurs, comme son instinct le lui murmurait.

- Bonjour Dean Anderson, miss Valingaï. Je crois qu'il s'agit de notre première rencontre, je vais donc me présenter. Je suis Aldaron, fils du roi Tulkas et de la reine Serindë, et prince des elfes noirs de la Cité de Tauremorna. C'est un plaisir de faire votre connaissance.

L'elfe s'était exprimé d'une voix grave mais étonnement douce pour un être de sa stature et surtout de son pouvoir. D'un geste de la main, il fit disparaître toute trace d'humidité des vêtements des deux adolescents, et fit également sécher leurs cheveux et leur peau. A la fin, on avait l'impression qu'ils n'avaient jamais été dans la forêt, voire même qu'ils venaient juste de prendre une douche.

- Je suis envoyé par Jarod pour m'assurer que vous regagniez Poudlard sans encombres et sans traces évidentes de votre passage ici. Il commence à se faire tard et nous ne pourrons plus occuper Eléa Valingaï et les Aurors qui vous surveillent encore longtemps avant qu'ils ne se décident à partir à votre recherche, miss Valingaï.

Une série de petits cris résonna derrière eux, provenant de nul autre que d'Hadès, qui s'était envolé de son perchoir pour se poser sur l'épaule de Dean. L'elfe acquiesça de la tête avant d'esquisser un très léger sourire.

- Je sais que tu étais là pour les surveiller, Hadès. Néanmoins, je pense que ces deux jeunes gens aimeraient avoir la possibilité d'avoir d'autres... "rendez-vous galants", comme tu dis si bien. Répondit l'elfe d'un ton sérieux.

Ces paroles firent néanmoins rougir les deux adolescents jusqu'aux oreilles et il eut grand peine à se retenir d'accentuer son sourire. Il commençait à peine à entrevoir le fonctionnement de la psyché humaine mais il y avait encore davantage de complexité dans leur manière de gérer l'affection qu'ils éprouvaient les uns pour les autres.

En d'autres termes, il s'agissait d'une espèce compliquée mais tout de même fort intéressante, en particulier des individus comme Jarod Goldsmith qui étaient de véritables énigmes pour son peuple.

- Prenez soin de vous, jeunes sorciers. L'avenir s'annonce peut-être sombre mais la lumière reste présente au bout du chemin. Restez unis et vous finirez par trouver votre propre chemin vers le bonheur.

Puis les deux adolescents disparurent de la lande en même temps que Phénix, dans un brouillard argenté, pour réapparaître un instant après dans la salle commune des Serdaigle. Dans la précipitation de leur disparition, ils s'étaient tenus l'un à l'autre et observaient à présent la salle commune d'un air surpris.

- Waou... c'est ça le transplanage elfique ? Plutôt cool, j'avoue. J'envie vraiment Jarod d'avoir pu le maîtriser, ça doit être génial...

Puis, tous ceux se rendirent compte de la position dans laquelle ils se trouvaient et s'écartèrent légèrement, leurs visages aussi rougis qu'auparavant. La situation ne s'améliora pas lorsque Hadès se mit à chantonner gaiement derrière eux. Caressant la pensée de le jeter dans les flammes pour lui apprendre à respecter la vie privée des autres, Dean finit par laisser tomber et se contenta de soupirer doucement.

Puis il redressa la tête et son regard croisa celui de Leîlan, qui semblait aussi indécise que lui quant à ce qu'ils devaient faire maintenant. Plaçant un rapide mais puissant sortilège de protection autour d'eux pour que personne ne puisse les entendre, Dean reprit la parole d'un ton incertain.

- Est-ce que tu veux aller te coucher maintenant ou discuter encore un peu ? Je pense que cette Eléa est ta tutrice, c'est ça ? On devrait peut-être inventer une bonne histoire pour éviter qu'elle ne te punisse trop sévèrement...

Hadès laissa échapper quelques piaillements amusés mais ils eurent encore une fois pour effet de faire rougir le Serdaigle jusqu'aux oreilles avant qu'il n'adresse un regard meurtrier à son compagnon ailé.

- Non, Hadès, je ne pense pas qu'elle serait ravie si on lui disait que Leï avait passé son après-midi à... à... faire ce que tu dis, avec moi. Et oui, tu es vraiment un espèce d'oiseau obsédé! Vas donc trouver un autre phénix avec qui fonder un nid si tes hormones te démangent autant!

L'oiseau immortel se contenta de laisser échapper de petits cris amusés avant de s'envoler vers le dortoir des garçons. Passant sa main dans ses cheveux sombres, l'air ennuyé par son obsédé de compagnon plumé, avant de se souvenir de la manière dont il avait appelé Leïlan.

- Euh... excuse-moi, ça t'embête que je t'ai appelée Leï ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Eléa Valingaï
Membre du staff modéré
Eléa Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 530
 g e : 27
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 19/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 0

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Ven 7 Aoû - 23:49

ELLE s'était encore enfuie ! Je ne pouvais m'empêcher de fulminer contre cette gamine qui pourrissait mon existence. Enfin, jamais je n'admettrais véritablement que je l'appréciais malgré tout, de par son caractère qui m'amusait malgré moi. Mais là, c'était bien trop : j'en avais assez qu'elle parte tout le temps n'importe où alors qu'elle devrait être avec moi dans nos appartements. J'ignorais pourquoi elle faisait cela, à part qu'elle me détestait. Pourtant, j'avais tout fait pour l'aider : j'avais voulu lui parler, faire ce qui lui plaisait avec elle, mais rien n'y faisait. Elle refusait tout ce que je faisais pour elle, malgré le fait que je sois sa tutrice. Il fallait dire que cela s'était d'autant plus dégradé que celui qu'elle pensait être une amie n'était pas là pour l'aider. J'avais pourtant tenté de la convaincre qu'il reviendrait ou au moins donnerait des nouvelles mais elle refusait cela. J'avais maintenant affaire depuis ce temps-là à un mur froid qui ne me parlait plus, était totalement froid et haineux. Et moi aussi, je commençais à détester ce qui la concernait, sachant qu'elle faisait tout pour me désobéir.

Il faisait nuit lorsque j'entrais enfin dans mes appartements. J'avais peut-être fini mes cours depuis six heures de l'après-midi, mais j'avais été retenu jusqu'à cette heure-ci par un ancien élève, Shawn Andrews. Cet ancien Serdaigle avait été un de mes élèves préférés vu qu'il était assez attentif et, en plus, je l'avais été vis à vis de la mort de son jeune frère. J'en avais entendu parler, comme tout le monde, mais je n'avais pas forcément eu pitié de lui, lui proposant juste une oreille attentive s'il avait besoin. Enfin, il m'avait invité ce soir-là à dîner à l'extérieur pour me poser quelques questions sur la métamorphose humaine. En effet, à ce qu'il me raconta ce soir-là, son apprentissage d'Auror s'intéressait à cette discipline mais certaines des réponses à ses questions n'avaient pas été satisfaisantes à son goût alors je lui avais expliqué. J'avais passé une sacrée bonne soirée, détendue mais professionnelle avec ce jeune homme qui avait une telle envie d'apprendre qu'il était un peu comme moi à la même époque. Mais je savais que lui, au moins, avait la tête sur les épaules et ne rêvassait pas tout le temps. Pourquoi avait-il fallu que Léïlan vienne tout gâcher ?

Bien sûr, j'avais été voir en premier lieu à la bibliothèque vu qu'elle aimait y rester mais vu l'heure, l'immense pièce était fermée aux élèves. Grommelant et jurant entre mes dents, je m'étais dirigée vers la salle commune des Serdaigles, ma cape noire d'extérieure encore posée sur mes épaules. Peut-être arriverais-je ainsi à savoir grâce à ses camarades de maison où elle pouvait se trouver... Mais je n'eus pas à prendre cette peine : elle était là, avec un garçon de son âge. Me précipitant vers elle avec un regard froid et s'agrippant par le bras, je ne retins de la gifler en public, bien qu'elle le méritait.


Je t'avais dit d'être rentrée à cette heure-là, et tu parcours encore le château ! J'en ai assez de courir derrière toi ! tu mériterais des heures de retenue pour cela, et des points en moins pour Serdaigle !

Tu sais très bien que je m'en fiche, de toi et des punitions. Je fais ce que je veux, et j'ai le droit d'être ici, tu le sais très bien. Je ne fais rien de mal !

C'est fou comme elle me ressemblait dans le regard qu'elle me lançait. J'y voyais sa colère, sa haine même et cet air glacial à figer n'importe qui. Je la lâchais d'ailleurs alors que je me retournais vers le garçon qui l'accompagnait.

Et toi, je ne te félicite pas ! Je suis sûr que tu l'as retenu ici pour parler d'inepties avec elle ! Tu devrais avoir honte ! Elle devrait être rentrée chez moi depuis au moins deux heures ! Donc maintenant, tu viens Léïlan, et sans discuter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Anderson
Progressiste
Dean Anderson

N o m b r e D e M e s s a g e s : 28
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 08/06/2009

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 8 Aoû - 0:37

A peine avait-il eu le temps de terminer sa question que le professeur Valingaï avait débarqué comme une furie dans la salle commune des Serdaigle. Il assista à l'échange terrible qui s'en suivit entre Leïlan et le professeur de mythologie, craignant pendant un instant que son amie ne perde le contrôle de ses émotions.

Il s'avança alors à ses côtés et se plaça légèrement devant elle, entrelaçant ses doigts dans les siens pour lui insuffler de la force, autant pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule. L'attention d'Eléa se focalisa alors sur lui et il sentit un frisson lui parcourir l'échine.

Et toi, je ne te félicite pas ! Je suis sûr que tu l'as retenu ici pour parler d'inepties avec elle ! Tu devrais avoir honte ! Elle devrait être rentrée chez moi depuis au moins deux heures ! Donc maintenant, tu viens Léïlan, et sans discuter !

Oui, elle lui rappelait exactement LUI. Lui qui s'était cru avoir des droits sur lui alors qu'il n'avait jamais été là dans son enfance, tout comme ça devait également être le cas pour Leïlan. Son visage se fit impassible alors que ses yeux sombres fixaient les orbes bleutées de la professeur... si semblables à celles de Leilan et pourtant, tellement différentes.

Le regard de l'élève n'était pas défiant ou porteur de colère. Non, il était simplement froid et particulièrement déterminé. On avait l'impression qu'une flamme de détermination s'était allumée dans ses yeux et il irradiait littéralement de confiance en lui et d'autre chose... d'un besoin de protéger, de protéger son amie.

- C'est exact, professeur Valingaï. Leïlan se trouve dans notre salle commune à ma demande. Je lui ai demandé de m'aider sur un devoir d'arithmancie, matière nouvelle pour moi puisqu'elle n'était pas enseignée à Beaux-bâtons. Nous avons perdu la notion du temps pendant notre rédaction et avons continué à discuter sur la théorie. Peut-être avez-vous entendu parler de la Théorie des nombres de Salem, de Septima Vector ?

Pour s'être renseigné sur la quasi-totalité des professeurs, Dean savait qu'Eléa n'avait jamais pris l'arithmancie comme matière à Poudlard, et il y avait encore moins de chance qu'elle connaisse cette théorie qui n'avait été publiée que quelques années auparavant.

C'était le moins qu'il pouvait faire pour rendre son mensonge crédible. D'ailleurs, en parfait occlumens, il n'avait laissé aucun détail de sa physionomie trahir un éventuel mensonge et avait à la place remarqué le professeur dans le blanc des yeux. Il faisait ce qui était juste, il en était intimement convaincu.

- Voilà pourquoi, professeur, je souhaiterais que toute punition personnelle que vous vouliez infliger à Leïlan me soit appliquée à la place. Je suis le seul coupable de cet incident et entend en prendre l'entière responsabilité.

Il y avait une confiance et presque une autorité dans sa voix qui n'étaient pas sans rappeler celle de Thomas, mais il y avait également une flexibilité et un ton velouté qui n'avaient rien à envier au caractère diplomate de Julian. Toutefois, ses yeux se firent bientôt beaucoup plus froid.

- En revanche, votre statut de professeur ne vous autorise à manquer de respect à un élève, qu'il s'agisse d'un étranger ou de votre propre sang. Plusieurs lois du Magenmagot pourraient également vous faire suspendre de votre poste pour une certaine durée, s'il s'avère que vous outrepassez vos prérogatives.

Hadès choisit ce moment pour venir se poser sur l'épaule de Leîlan, adressant un regard réprobateur à l'enseignante avant de frotter doucement son bec contre la joue de l'adolescente. Dean n'avait pas quitté Eléa des yeux une seconde et continuait de la fixer avec intensité.

Bercé dans la politique, aussi bien anglaise que française depuis sa plus tendre enfance, il connaissait les rouages de la loi presque mieux que les membres de la cour législative sorcière eux-mêmes et ne manquerait certainement pas une occasion de les utiliser à son avantage.

- Selon l'article 324-B du code du Magenmagot, même si Leïlan a été assignée à ne pas quitter Poudlard, et à demeurer sous votre tutelle, rien ne l'oblige à demeurer en dehors de son propre dortoir. Au contraire, le règlement de Poudlard insiste fermement sur le fait que les élèves ont le droit de dormir dans leurs propres quartiers, sans que l'autorité parentale ne puisse l'outrepasser, qu'elle soit exercée ou non pas un enseignant. Oh, et j'oubliais...

Cette fois-ci, les yeux du garçon s'étaient mis à bruler d'un feu beaucoup plus intense que précédemment, et si le regard pouvait tuer, Eléa serait probablement morte sur place, enflammée comme une torche.

- S'il s'avérait que Leïlan a subi la moindre violence, soyez certaine que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous compreniez le sens que le mot "loi" peut avoir lorsqu'elle se retourne contre vous. Je ne suis pas venu dans ce pays chaotique pour voir mes amis souffrir d'injustices et de mauvais traitements sans réagir!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-personnages-f9/
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 8 Aoû - 1:37

Tout s'était déroulé tellement vite durant cette soirée ! Maintenant, nous étions délicatement enlacés, nous protégeant de la pluie et du mal autour de nous, dans ce monde pourri jusqu'à la moelle. Oui, je le pensais depuis bien longtemps pour mon cas, et l'histoire de Dean ne faisait que confirmer mon opinion sur la question. J'avais posé ma tête sur son épaule, me reposant ainsi quelque peu. Cependant, lorsque je le vis lever la tête et sursauter, je me redressai à mon tour et battis certainement le record de vitesse pour paraître présentable, surtout que l'individu en face de lui était assez étrange. Déjà, je pouvais éliminer d'office le fait qu'il était humain, rien que pour sa peau noir ébène, ses cheveux bleu foncés et la lueur presque hypnotique de ses yeux.

- Prince Aldaron ?

Un prince ? Je croisais presque les doigts pour être présentais, mais cela ne dura quelques instants avant qu'une certaine rancœur m'envahisse. J'avais oublié l'espace d'un instant que je n'étais plus une vraie Valingaï, et que je n'avais donc personne à éblouir du fait de mon sang. Tenant toujours Dean par la main, la personne prit enfin la parole.

- Bonjour Dean Anderson, miss Valingaï. Je crois qu'il s'agit de notre première rencontre, je vais donc me présenter. Je suis Aldaron, fils du roi Tulkas et de la reine Serindë, et prince des elfes noirs de la Cité de Tauremorna. C'est un plaisir de faire votre connaissance.

Un elfe noir, rien que ça ? Si je n'avais pas mon masque de neutralité, je l'aurais remarqué d'un air étonné et respectueux. Malgré tout, je restais toujours fixe et acquiesçai seulement d'un signe de tête. En plus, il nous avait séché, ce dont je lui étais redevable.

- Je suis envoyé par Jarod pour m'assurer que vous regagniez Poudlard sans encombres et sans traces évidentes de votre passage ici. Il commence à se faire tard et nous ne pourrons plus occuper Eléa Valingaï et les Aurors qui vous surveillent encore longtemps avant qu'ils ne se décident à partir à votre recherche, miss Valingaï.

Même si c'est elle qui me surveille, je dois avouer que m'éloigner de Poudlard est certainement mieux pour mes nerfs, mais merci de vous inquiéter.

- Je sais que tu étais là pour les surveiller, Hadès. Néanmoins, je pense que ces deux jeunes gens aimeraient avoir la possibilité d'avoir d'autres... "rendez-vous galants", comme tu dis si bien.

Des rendez-vous galants ? Sincèrement, ce phénix était vraiment étrange de qualifier cette sortie ainsi. Pourtant, je rougis assez violemment, tout comme Dean apparemment, et je me tus. Comme on disait, toute parole pouvait être comprise de travers, n'est-ce pas ?

- Prenez soin de vous, jeunes sorciers. L'avenir s'annonce peut-être sombre mais la lumière reste présente au bout du chemin. Restez unis et vous finirez par trouver votre propre chemin vers le bonheur.

Merci, prince Aldaron.

Je doute qu'il ait entendu mon simple murmure mais, quelques instants plus tard, nous étions arrivés dans Poudlard. Vu que nous étions l'un contre l'autre pour le transplanage, j'avoue que je ne m'écartais pas de suite, restant simplement là. Nous étions dans la salle commune de notre maison apparemment, et quelques personnes étaient présentes, mais je ne réagis pas de suite.

- Waou... c'est ça le transplanage elfique ? Plutôt cool, j'avoue. J'envie vraiment Jarod d'avoir pu le maîtriser, ça doit être génial...

C'est beaucoup plus doux et moins inconfortable, en effet.

Un léger silence arriva, alors que je réalisais enfin que nous n'étions pas seuls et que quelques regards se fixaient sur nous. Pour une fois, je rougis devant ces regards et m'écartais de Dean qui avait apparemment pensé la même chose. D'ailleurs, il suffit d'un regard pour qu'il nous protègent des oreilles indiscrètes.

- Est-ce que tu veux aller te coucher maintenant ou discuter encore un peu ? Je pense que cette Eléa est ta tutrice, c'est ça ? On devrait peut-être inventer une bonne histoire pour éviter qu'elle ne te punisse trop sévèrement...

Ne t'inquiète pas pour elle. De toute façon, elle trouvera encore quelque chose à me reprocher alors...

J'étais las de cette surveillance, et cela se ressentait. J'aurais bien aimé être libre un peu pour une fois, libre de faire ce que je voulais et non pas obéir à une femme qui se fichait de moi ! J'étais donc prête à rester avec Dean un certain temps, toute la nuit si cela était possible. J'avais juste oublié un détail... D'ailleurs, je n'avais même pas entendu le phénix partir que Dean me reparlait.

- Euh... excuse-moi, ça t'embête que je t'ai appelée Leï ?

Non, pas du tout, au contraire. Merde...

Ce dernier mot ne s'adressait pas à lui bien sûr mais à l'arrivée d'Eléa, alors que je me souvenais de ce détail ennuyeux : ma tutrice avait accès à la salle des Serdaigles à cause de moi... La fixant d'un air purement provocateur, je la laissais s'acharner sur mon bras, les dents serrées pour ne pas m'énerver en public. Je ne voulais après tout pas me donner en spectacle.

Je t'avais dit d'être rentrée à cette heure-là, et tu parcours encore le château ! J'en ai assez de courir derrière toi ! tu mériterais des heures de retenue pour cela, et des points en moins pour Serdaigle !

Tu sais très bien que je m'en fiche, de toi et des punitions. Je fais ce que je veux, et j'ai le droit d'être ici, tu le sais très bien. Je ne fais rien de mal !

C'était sorti tout seul, d'une voix plus aiguë que d'habitude sous l'énervement qui me prenait. Heureusement, Dean était là pour me soutenir moralement et physiquement grâce à cette main que je tenais toujours.

Et toi, je ne te félicite pas ! Je suis sûr que tu l'as retenu ici pour parler d'inepties avec elle ! Tu devrais avoir honte ! Elle devrait être rentrée chez moi depuis au moins deux heures ! Donc maintenant, tu viens Léïlan, et sans discuter !

Je ne voulais pas y aller et pourtant, j'étais en quelque sorte obliger, rien que pour protéger Dean de son courroux. Pourtant, il serrait toujours ma main et s'était même placée entre moi et Eléa. Que faisait-il donc ?

- C'est exact, professeur Valingaï. Leïlan se trouve dans notre salle commune à ma demande. Je lui ai demandé de m'aider sur un devoir d'arithmancie, matière nouvelle pour moi puisqu'elle n'était pas enseignée à Beaux-bâtons. Nous avons perdu la notion du temps pendant notre rédaction et avons continué à discuter sur la théorie. Peut-être avez-vous entendu parler de la Théorie des nombres de Salem, de Septima Vector ?

Il était vrai que j'avais commencé l'arithmancie depuis cette année, et je m'en sortais plutôt bien, mieux que Dean en tout cas, qui avait un peu de mal. Cela faisait un alibi tout à fait probable, mais cela était sans compter Eléa.

N'ayant jamais fait d'arithmancie, je ne peux pas savoir, en effet. Mais je lui ai ordonné d'être dans nos appartements à partir de 22h30 et il est 23h30 et, en plus, j'ai dû encore la chercher ! Tu n'as qu'à la faire obéir un peu !

Je fais ce que je veux, je ne suis pas ton esclave !

- Voilà pourquoi, professeur, je souhaiterais que toute punition personnelle que vous vouliez infliger à Leïlan me soit appliquée à la place. Je suis le seul coupable de cet incident et entend en prendre l'entière responsabilité.

Je remarquais qu'Eléa semblait légèrement gênée et, par moquerie pure, j'enfonçais le clou.

Il est vrai qu'elle serait capable de punir des innocents, c'est un ancienne Serpentarde après tout.

Je retire 50 points à Serdaigle et vous vous taisez, tous les deux !

- En revanche, votre statut de professeur ne vous autorise à manquer de respect à un élève, qu'il s'agisse d'un étranger ou de votre propre sang. Plusieurs lois du Magenmagot pourraient également vous faire suspendre de votre poste pour une certaine durée, s'il s'avère que vous outrepassez vos prérogatives.

Un sourire de plus en plus large apparaissait sur mes lèvres alors que je voyais Dean se charger de l'assassiner sur place, ce qui était assez amusant. Malgré tout, ma tutrice ne semblait pas se démonter. Pendant ce temps, j'avais sursauté alors qu'Hadès avait atterri sur mon épaule, et semblait m'épaule par son geste de sympathie. Presque mécaniquement, je me mis à le caresser doucement, fixant toujours Eléa.

Comme si je lui manquais de respect en lui demandant juste cela ! C'est la seule chose que je lui demande de la journée, elle peut bien faire cela !

- Selon l'article 324-B du code du Magenmagot, même si Leïlan a été assignée à ne pas quitter Poudlard, et à demeurer sous votre tutelle, rien ne l'oblige à demeurer en dehors de son propre dortoir. Au contraire, le règlement de Poudlard insiste fermement sur le fait que les élèves ont le droit de dormir dans leurs propres quartiers, sans que l'autorité parentale ne puisse l'outrepasser, qu'elle soit exercée ou non pas un enseignant. Oh, et j'oubliais...

Si Dean jouait assez finement, je savais qu'il pouvait me faire accorder le droit de dormir dans les dortoirs des Serdaigles, ce qui m'arrangeait finalement : je serais définitivement libre et, en plus, je ne serais plus aussi seule, ce qui était tout simplement génial. Je trépignais presque sur place, à voir ainsi la future défaite de cette professeure de mythologie.

- S'il s'avérait que Leïlan a subi la moindre violence, soyez certaine que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous compreniez le sens que le mot "loi" peut avoir lorsqu'elle se retourne contre vous. Je ne suis pas venu dans ce pays chaotique pour voir mes amis souffrir d'injustices et de mauvais traitements sans réagir!

Je ne pus qu'empêcher de hoqueter de surprise face à cette annonce qui me faisait chaud au coeur. Oui, je savais que je pouvais compter sur lui, mais je ne pensais pas qu'il irait jusque là tout de même ! Eléa avait apparemment remarqué ma surprise puisqu'elle eut un sourire presque goguenard.

Tu crois vraiment pouvoir faire quelque chose contre moi alors que tu es un élève ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren McKay
Progressiste au secret
Warren McKay

N o m b r e D e M e s s a g e s : 49
 g e : 29
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 04/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 2200

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 8 Aoû - 2:23

Tu crois vraiment pouvoir faire quelque chose contre moi alors que tu es un élève ?

- Je pense que vous auriez raison de l'écouter, professeur Valingaï. Le jeune Mr Anderson a déjà fait envoyer deux de ses professeurs au Château d'If pendant sa scolarité à Beaux-bâtons. Et je ne parle pas du monument ouvert aux moldus, je parle de la prison sorcière la plus terrible de France. Inutile de préciser qu'il n'eut besoin de l'aide d'aucun adulte pour faire prévaloir ses droits.

Cette voix calme et sereine qui venait de derrière Eléa fit sursauter la jeune femme. En effet, celle-ci n'avait pas senti arriver Warren derrière elle. Vêtu de son costume habituel et d'une longue cape de sorcier d'un bleu sombre, le sorcier d'âge mûr imposait par sa grande taille autant que par sa prestance magique.

- Et bien entendu, il va de soi que la seule autorité en ces lieux qui puisse punir mes aigles, c'est moi-même, professeur. Vous avez accès à cette salle commune car vous êtes la tutrice de miss Valingaï mais vous ne pouvez la punir en ces lieux, et encore moins parce qu'elle se trouve dans ces lieux. Peut-être devriez-vous relire le règlement de l'école, ma chère ?

Alors que le visage de l'enseignante s'empourprait sensiblement sous la honte, les deux élèves semblaient sensiblement surpris par la facilité avec laquelle le professeur remettait en place sa collègue. En effet, Warren était de ces hommes capables d'insuffler de l'autorité dans leurs paroles sans avoir à hausser le ton. Une simple intonation dans les bons mots suffisait à faire passer le message.

- Je vous laisse déduire les cinquante points de Serdaigle mais je me chargerai des punitions individuelles. Je vous prierai de sortir à présent, afin que je puisse m'entretenir un instant avec eux avant qu'ils n'aillent se coucher... Ah, et au cas où Mr Anderson n'aurait pas été suffisamment clair dans ses propos, j'insiste pour que Miss Valingaï soit autorisée à dormir dans son propre dortoir. Jusqu'à preuve de contraire, nous ne sommes pas encore dans un pays de sauvages et les règles se doivent d'être respectées.

Eléa quitta la salle à grands pas en bredouillant des paroles d'excuse. Une fois qu'elle fut dehors, Warren jeta un puissant sort de protection sur la porte pour éviter qu'ils ne soient espionnés avant de se retourner vers les deux adolescents.

Laissant échapper un léger soupir, il remarqua que ceux-ci étaient encore un peu tendus et attendaient le verdict de leur directeur de maison. Ce dernier prit une voix contrite.

- Je me vois obligé de vous punir tous les deux. Vous serez en retenue tous les deux chaque soir de la semaine dans mon bureau pendant un mois. Bien sûr, Hadès est le bienvenu et je me chargerai de vérifier que la porte est fermée à clé en mon absence. S'exclama le professeur d'un ton malicieux.

Les deux Serdaigle furent véritablement bouche-bée face à ce verdict qui laissait clairement comprendre que non seulement Warren savait où ils avaient passé leur soirée mais aussi qu'il leur donnait sa permission pour recommencer! De grands sourires apparurent bientôt sur les visages des deux adolescents alors que le professeur laissait échapper un petit rire.

- Oh, ne me regardez pas comme ça. Je n'ai pas fait grand chose. Remerciez plutôt ce pauvre Shawn qui a dû passer toute une soirée avec Eléa pour qu'elle oublie momentanément d'être sur votre dos, miss Valingaï. Jarod a dû user de beaucoup de persuasion pour que mon filleul accepte de sacrifier une de ses soirées de congés pour dîner avec son ancien professeur de métamorphose... Merlin soit loué, il était suffisamment doué dans ce domaine pour tenir une conversation!

Voyant que les adolescents commençaient à bailler sous la fatigue, il leur adressa un petit sourire amusé alors qu'Hadès piaillait doucement.

- Allez, c'est l'heure d'aller dormir. Et dans vos dortoirs respectifs. Je ne sais pas si cet oiseau dit la vérité ou il se fait des films mais il prétend que vous voulez fonder votre propre nid... enfin, ces phénix noirs ont toujours eu un curieux sens de l'humour. Bonne nuit les enfants, et tâchez de vous reposer. Une dure journée vous attend demain.

Et sur ces mots, le professeur quitta la salle commune pour regagner ses appartements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-validees-f13/wa
Léïlan Valingaï
Membre du staff progressiste
Léïlan Valingaï

N o m b r e D e M e s s a g e s : 4727
 g e : 27
H u m e u r : super, nickel ^^
G r o u p e ( s ) : Etudiante, et victime et tueuse des Mangemorts aussi ^^
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 23/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 1660

MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   Sam 8 Aoû - 15:15

A la phrase d'Eléa, je compris qu'elle devait se sentir supérieure du fait de son statut d'adulte et professeure, mais devrais-je aussi lui rappeler qu'elle avait déjà eu des problèmes à cause de ce métier ? Je m'en dispensais pourtant, afin qu'elle arrête de s'acharner sur Dean. Après tout, c'était certainement le plus innocent de nous deux alors...

- Je pense que vous auriez raison de l'écouter, professeur Valingaï. Le jeune Mr Anderson a déjà fait envoyer deux de ses professeurs au Château d'If pendant sa scolarité à Beaux-bâtons. Et je ne parle pas du monument ouvert aux moldus, je parle de la prison sorcière la plus terrible de France. Inutile de préciser qu'il n'eut besoin de l'aide d'aucun adulte pour faire prévaloir ses droits.

J'avais vu arriver Warren, mais j'avais détourné des yeux. Je pensais après tout qu'il ne me défendrait pas vu que je lui en avais fait voir de toutes les couleurs quand il était mon tuteur. Cependant, je restais bouchée bée lorsqu'il prit la parole pour appuyer Dean. Je ne pus d'ailleurs m'empêcher de lui jeter un regard plus qu'incrédule.[/color]

Mais ici, on est à Poudlard, cher ami. Et, à Poudlard, c'est la directeur ou le possesseur du château qui s'occupe des professeurs. Ce n'est pas une plainte d'élève qui va changer quelque chose. Il n'est pas encore de la famille du ministre à ce que je sache.

- Et bien entendu, il va de soi que la seule autorité en ces lieux qui puisse punir mes aigles, c'est moi-même, professeur. Vous avez accès à cette salle commune car vous êtes la tutrice de miss Valingaï mais vous ne pouvez la punir en ces lieux, et encore moins parce qu'elle se trouve dans ces lieux. Peut-être devriez-vous relire le règlement de l'école, ma chère ?

[i]Voir Eléa ainsi s'empourprer sans répondre à cette attaque était assez jouissif, je devais bien le dire. Je savais très bien qu'elle semblait honteuse, mais qu'elle devait bouillir intérieurement de rage et de déception : c'était sûr que, la prochaine fois où je la verrais, j'allais le payer mais soit.
Ce qui était sûr, c'était que j'étais énormément surprise de cette prise de position du professeur, ainsi que la facilité qu'il avait pour remettre les gens à leur place. Il était très difficile de gagner mon respect, il le savait : et pourtant, c'est ce qu'il était en train de faire.


- Je vous laisse déduire les cinquante points de Serdaigle mais je me chargerai des punitions individuelles. Je vous prierai de sortir à présent, afin que je puisse m'entretenir un instant avec eux avant qu'ils n'aillent se coucher... Ah, et au cas où Mr Anderson n'aurait pas été suffisamment clair dans ses propos, j'insiste pour que Miss Valingaï soit autorisée à dormir dans son propre dortoir. Jusqu'à preuve de contraire, nous ne sommes pas encore dans un pays de sauvages et les règles se doivent d'être respectées.

Punition individuelle ? Oups... J'aurais dû me douter que nous allions être punis tout de même. Jetant un regard plein d'excuse à Dean, je n'eus pas un seul geste envers Eléa qui s'en allait presque en courant.

- Je me vois obligé de vous punir tous les deux. Vous serez en retenue tous les deux chaque soir de la semaine dans mon bureau pendant un mois. Bien sûr, Hadès est le bienvenu et je me chargerai de vérifier que la porte est fermée à clé en mon absence.

Sur le coup, je ne compris pas pourquoi il disait cela avec ce ton malicieux mais le déclic arriva rapidement : s'il nous enfermaient avec Hadès, nous pouvions sortir pendant les retenues ! La surprise fut remplacée par la joie alors qu'il se mit à rire. Dans le regard que je lui lançais, il y avait un mélange de joie, de surprise mais aussi de respect, chose que jamais je n'aurais fait peu de temps auparavant.

- Oh, ne me regardez pas comme ça. Je n'ai pas fait grand chose. Remerciez plutôt ce pauvre Shawn qui a dû passer toute une soirée avec Eléa pour qu'elle oublie momentanément d'être sur votre dos, miss Valingaï. Jarod a dû user de beaucoup de persuasion pour que mon filleul accepte de sacrifier une de ses soirées de congés pour dîner avec son ancien professeur de métamorphose... Merlin soit loué, il était suffisamment doué dans ce domaine pour tenir une conversation!

Merci professeur. Je vous ai mal jugé, n'est-ce pas ?

Ceci était équivalent à des excuses piteuses, mais des excuses tout de même. Il fallait croire que je changeais au fil du temps envers les gens, les jugeant un peu moins vite finalement. Cependant, la fatigue commençait à monter, et je ne pouvais m'empêcher de cligner les yeux comme une chouette endormie.

- Allez, c'est l'heure d'aller dormir. Et dans vos dortoirs respectifs. Je ne sais pas si cet oiseau dit la vérité ou il se fait des films mais il prétend que vous voulez fonder votre propre nid... enfin, ces phénix noirs ont toujours eu un curieux sens de l'humour. Bonne nuit les enfants, et tâchez de vous reposer. Une dure journée vous attend demain.

Notre propre nid ?

Vu l'amusement de Warren, il devait y avoir un sens caché à cette expression que je ne compris pas forcément. Caressant une dernière fois le phénix qui piaillait encore, je le laissais ensuite à Dean et, après s'en être salués et promis de s'attendre demain matin, nous montâmes chacun dans nos dortoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: So strange... [PV Dean]   

Revenir en haut Aller en bas
 
So strange... [PV Dean]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loterie Dean Youngblood
» Dean Stark est dans la place !
» Kofi & Rey vs Dean & Seth
» James Dean
» ROGER DEAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Futur d'Harry Potter :: La zone RP :: L'école de Poudlard ~ en 2017 :: L'extérieur de l'école :: La Forêt Interdite-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit