AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isabella Casteli
Progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 360
 g e : 25
H u m e u r : humeur speciale rebelle.
G r o u p e ( s ) : rebelle
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 06/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]   Lun 21 Sep - 2:44



Que pouvait-il y avoir de pire que d'être perdue, seule face à sa propre vie?
Seule face à ses doutes, à ses supplices. Seule face à son amertume. A sa tristesse aussi... Tout cela se mélangeait dans l'esprit de la rebelle. Ou devait-elle dire "ex"- rebelle? Elle n'en savait trop rien. Elle ne savait plus grand chose désormais.

Sur ce qu'elle traversait, il n'y avait rien à en dire. Et puis de toutes les manières, Isabella n'avait qu'une seule envie: ne plus rien ressentir.

- Miss Casteli? Mademoiselle?
-Excusez-moi... Vous disiez?

Et voilà qu'elle commettait des impairs au travail! Même le travail n'était pas suffisament intéréssant pour la distraire de ce mal qu'elle ressentait. Et pourtant d.ieu et merlin savaient qu'elle aimait son travail. Sa vie professionnelle s'était enrichie depuis son arrivée en Angletterre, et elle connaissait un reel succes dans les affaires.

Grace à son boulot, elle avait pu démménager de son premier appartement, et habiter désormais dans les quartiers chics de Londres, dans un luxueux 4 pièces.

-Je ne disais rien mademoiselle, mais j'aimerai entendre la suite de votre présentation.


Les clients, trois sorciers venus tout spécialement de Chine pour la rencontrer, paraissait agacés, même si pour des yeux moins avisés que les sien, l'agacement du premier aurait pu passer pour de la moquerie et de l'amusemement.

Merde!


- Excusez-moi! dit-elle, en jetant un rapide coup d'oeil sur ses fiches.

Elle fit apparaitre d'un claquement de doigt un autre diaporama et un autre graphique.

-Alors... Donc, oui, comme je vous le disais... Avec cet investissement et ce, très rapidement, sur une période de 5 ans, vous doublerez vos parts de marchés. Selon mes calculs, je pense que la société Primotech prendra de la valeur à l'echelle mondiale d'ici 2-3 ans. Jetez un coup d'oeil au diaporama, s'il vous plait.

D'un geste bref, elle passa une main sur son front. Du coin de l'oeil, elle remarqua que ses collègues la dévisageaient. Il suffisait qu'elle pénètre dans l'esprit de Véronica ou dans celui de Sarah ou d'Alfred, pour savoir qu'ils se doutaient qu'elle allait mal. Mais rien qu'à en voir leurs regards, nul besoin d'user de ces stratagèmes pour deviner leur inquiétude.

Véronica se leva discrètement et quitta la salle des réunions. Elle revint quelques minutes plus tard avec une tasse de thé bien chaud qu'elle tendit à son amie.

-Merci Véro...
lui dit Bella mentalement à la jeune femme.

Le clin d'oeil rassurant qui suivit lui fit comprendre que la jeune femme avait reçu le message.

Isabella se racla la gorge et poursuivit d'un ton très professionnel:

-Alors messieurs, si vous êtes convaincus comme je pense que vous l'êtes, le contrat sera sur votre bureau dès demain matin. Prêt pour sceller cette collaboration qui s'annonce fructueuse?

****

Bella prit la décision de rentrer plus tôt ce jour là. Elle qui faisait des heures sup' tout les jours ( si elle comptait les heures, elle arriverait a des semaines de minimum 75 heures) et avec tout ces contrats qu'elle apportait à sa banque, elle était leurs meilleure élément et elle en était consciente... Elle avait bien le droit de tomber malade elle aussi!

Ils avaient tellement peur qu'elle fasse une crise de surmenage, que Jack Pright son unique supérieur hiérarchique, qui n'était autre que le PDG de la banque, lui conseilla même de prendre le reste de la semaine pour se reposer."Après ce contrat délicat avec les chinois, vous méritez
bien cela" affirma t-il.

Isabella ne savoura pourtant pas son triomphe. Déjà son esprit était ailleurs.
Avant de transplaner, une image s'imposa à son esprit. Une image qui ne manqua pas de lui couper le souffle une fois encore: Sa mère, la dernière fois qu'elle l'avait vu.Une image, un souvenir tranchant que la jeune femme avait enseveli dans les limbes de son esprit mais qui pour une raison qu'elle ignorait, refaisait surface depuis 2 jours.

En rouvrant ses yeux ambués,Isabella constata que la douleur était toujours aussi tranchante. Malgré toutes ces années... La vivacité de cette souffrance ne s'était pas estompée ou affaiblie et Bella savait au fond pourquoi...

D'une main fébrile, elle ouvrit la porte de son appartement, et referma derrière elle d'un coup de pierd.

Bella enleva ses chaussures à talons ainsi que sa veste, marcha pieds nus vers le canapé et s'y affala lourdement. Grace a sa magie, un seul regard lui suffit pour allumer la petite chaine hifi.
Les premieres notes de "bring me to life", se firent entendre presque instantanément.

Elle écoutait la même chanson depuis l'autre jour... Si la rebelle faisait l'effort de se lever c'était grace a la musique et à rien d'autre.

Les yeux fermés elle laissa la musique envahir la pièce et son esprit par la même occasion.

Les rebelles, Jarod, Anna Valingaï... Sa solitude, sa mère et ce souvenir qui la torturait depuis quelques temps... La mort, l'oubli...La vengeance, Dagnir et les cauchemars qui hantaient ses nuits.

L'amour et la blessure béante de son coeur brisé.


Tout s'éffaçait en cet instant,tandis qu'elle écoutait sa propre respiration se calmer, bercée par la musique.

Il fallait qu'elle trouve enfin un peu de répit. Une parcelle de paix, dans sa vie mouvementée.
Elle ne pouvait plus continuer comme ça. Pourquoi ne pouvait-elle pas redevenir celle d'avant? Pourquoi lui était-il impossible d'être à nouveau l'intrépide,l'impitoyable femme d'affaires, et fausse Isabella Casteli? C'était tellement plus simple avant!

Elle n'entendit pas les premiers "toc-toc-toc" contre sa porte d'entrée, mais elle sursauta en entendant une voix familière prononcer son prénom.

Jarod. Jarod. Jarod.

La musique s'arrêta net.

Que faisait-il ici? Pourquoi venait-il l'enquiquiner davantage? Ne lui avait-il pas causé suffisament de peine? Venait-il en rajouter une couche? Peut-être avait-il amené son 'amie' avec lui...? et surtout avait-elle le courage nécéssaire en cet instant pour lui parler? Pour lui demander ce qu'elle s'était promis de lui demander?

-J'arrive...


Elle se leva et se dirigea vers l'entrée. Isabella ne prit même pas le temps de vérifier si elle était présentable ou jolie... elle ne souhaitait pas.. plus le séduire. Alors il se contenterait de la "vraie" Bella. Celle qui était en charpie. Celle qui était fatiguée aussi bien moralement que
physiquement par la vie qu'elle menait... par la vie tout court.

Elle ouvrit la porte. Il était là. Séduisant comme d'habitude. Apparement seul,il prit le temps de la regarder de la tête au pieds. Bella soupira.

-Vas-y entre... Je t'en prie.

Elle passa une main dans sa chevelure soyeuse qui était détachée et retourna s'asseoir sur son canapé.

Et la musique reprit.

-Tu veux boire un café, un thé ou tu fais vite et tu me dis ce qui t'ammènes ici? lui demanda t-elle froidement.

Il parut ne pas s'alarmer par le ton qu'avait employé Bella. Il s'assit tranquillement sur le fauteuil d'en face.

En retenant son souffle, elle attendait qu'il prenne la parole.

Bon sang... même aussi énervée, même aussi désemparée et perdue sans lui, elle ne pouvait s'empêcher de le trouver magnifique. Son costume lui allait a merveille, et meme si il paraissait anxieux ( à cause d'elle peut-être?) il n'en restait pas moins...sublime.


***








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.futur-harry-potter-rpg.com/fiches-validees-f13/rebell
Jarod Goldsmith
Membre du staff progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 514
 g e : 28
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 02/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 9215

MessageSujet: Re: Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]   Lun 21 Sep - 17:39

Deux jours s'étaient écoulés depuis les événements du Magenmagot et Jarod avait profité de l'absence d'Anna pour vaquer à ses occupations quotidiennes. Faisant un tour à Gringotts, il s'entretint longtemps avec le chef de la nation gobeline concernant sa nouvelle fonction de "Maître de Poudlard" et les bénéfices politiques et économiques qu'ils pourraient en tirer.

Même après la débâcle des Rebelles au Ministère deux ans plus tôt, les gobelins ne lui avaient jamais retiré leur soutien. Ils savaient que l'homme d'affaires se démenait comme un beau diable pour défendre leurs droits face au Magenmagot, et qu'il ne le faisait pas seulement pour les avantages qu'il pourrait en tirer. D'une certaine façon, ils éprouvaient beaucoup plus de confiance et de respect à son égard qu'à l'égard de tout autre sorcier depuis plusieurs siècles, Dumbledore inclus.

Il y avait une réelle volonté de changer les choses chez le jeune homme, au contraire du vieillard qui s'était contenté de maintenir le "statut quo". Et puis, ils retrouvaient en lui le caractère de nombre de ses illustres ancêtres, la Famille du Faucon étant une alliée de longue date de la nation gobeline.

- Je pensais également à un changement du programme d'Histoire. Il est intentionnellement rendu ennuyeux pour les élèves afin que ceux-ci ne s'y intéressent pas. Je suis persuadé que si nous pouvions rendre le cours plus attractif, leurs mentalités concernant la persécution des Gobelins à travers les siècles, changeraient. Déclara le rebelle, leur exposant à l'aide d'une pensine les dits cours d'Histoire de la Magie.

- Je comprends mieux... Nous avons peut-être des enregistrements des périodes en question qui pourraient vous être utiles. Ce sont plus précisément des souvenirs, mais qui à l'aide de certains de vos sortilèges, pourraient être projetés comme des films moldus dans les salles de classe. Répondit Ragnok, pensif.

- Or, une véritable bataille, vue par les yeux des combattants, devrait les sensibiliser bien davantage que de simples lectures. Commenta Jarod.

Le sorcier et le gobelin esquissèrent des sourires complices, tous deux en savant suffisamment sur la guerre et les champs de bataille pour savoir l'effet que ça allait avoir sur les étudiants. Bien sûr, il faudrait échelonner les scènes pour ne pas que les plus petits soient horrifiés par ce qu'ils verraient mais au moins, le Ministère n'avait plus aucun moyen d'imposer son veto.

- Vous êtes vraiment remarquable pour un humain, Jarod. Pour un peu, je dirais que l'âme d'un gobelin se cache sous ce costume moldu.


Le sorcier sut reconnaître le compliment sincère derrière le commentaire apparemment moqueur et se contenta de répondre d'un ton léger.

- Peut-être en étais-je un dans une vie antérieure. C'est peut-être pour ça que je suis aussi doué pour me battre.

Le gobelin esquissa un sourire, même si cela s'apparentait davantage à une grimace, pour celui qui ignorait tout des mimiques gobelins puis tous deux quittèrent la pièce après s'être serré la main.

Lorsqu'il quitta la banque sorcière, l'homme d'affaires se souvint que la prochaine personne qu'il allait visiter lui réserverait probablement un accueil beaucoup moins chaleureux que celui des gobelins. Transplanant dans le couloir menant à son appartement, il marcha jusqu'à la porte avant de frapper trois coups secs à la porte.

- Isabella. Appela-t-il d'une voix calme.

Il entendit un simple "J'arrive" avant que la porte ne finisse par s'ouvrir. Le rebelle la détailla du regard pendant un instant, et il n'eut nul besoin de légilimencie pour comprendre qu'elle n'allait pas bien. Celle-ci dut se rendre compte qu'il l'observait car elle ne put s'empêcher de soupirer.

-Vas-y entre... Je t'en prie.

Il la regarda s'asseoir dans le canapé et remettre la musique qu'il avait entendu depuis l'extérieur. Evanescence, un groupe de musique moldu qu'il appréciait assez.

-Tu veux boire un café, un thé ou tu fais vite et tu me dis ce qui t'amènes ici?

Il ne répondit pas tout de suite, se demandant s'il avait bien fait de venir la voir si tôt après qu'elle ait appris la nouvelle. Toutefois, attendre n'aurait peut-être fait qu'aggraver les choses et c'était le genre de situation qu'il préférait régler sans attendre.

C'est alors qu'une autre chanson débuta, une chanson dont il connaissait le nom : Whisper.

Catch me as i fall... Say you're here and it's all over now

Assis tranquillement dans son fauteuil face à elle, il finit par tourner son regard azuré vers elle et ses yeux la transpercèrent. Ce n'était pas de la légilimencie, il n'aurait jamais osé violer son esprit... même si elle, l'avait déjà fait dans des circonstances particulières.

Speaking to the atmosphere... No one's here and i fall into myself

Il avait toujours eu cette faculté de pouvoir désarmer les gens d'un simple regard, un trait commun aux grands sorciers puisque Dumbledore en faisait usage en son temps. Toutefois, la manière dont il la regardait n'avait rien d'agressive... C'était juste une manière pour lui d'appréhender ce qu'elle était, d'essayer de comprendre le fossé qui s'était formé entre eux.

This truth drives me into madness... I know i can stop the pain if i will it all away

- Je ne pense pas pouvoir avaler grand chose pour le moment, je vais donc en venir au fait.

Sa voix était sincère. Il ne se sentait pas capable de manger ou de boire quelque chose alors que son estomac semblait se contorsionner sous le coup de l'anxiété. Il n'aimait pas particulièrement se disputer avec ses amis, mais pour une raison qui lui échappait, cela lui était encore plus difficile avec Bella. Peut-être avait-elle pris trop de place dans son cœur finalement...

Don't turn away... Don't give in to the pain... Don't try to hide...

- Je tiens d'abord à m'excuser pour ce que Warren t'a obligé à faire il y a deux ans. Ce que tu as vu... personne n'aurait dû être obligé de le voir, à part moi-même. Tu as vu en l'espace de quelques heures ce que je revois depuis plusieurs années toutes les nuits.

Il fit une brève pause, son regard déviant vers sa main gantée de noire tout en vérifiant que sa magie était sous contrôle. Depuis la bataille de Poudlard, ses réserves magiques avaient encore augmenté, probablement à cause de la magie de l'école qu'il avait absorbée, mais elle était aussi plus volatile et réactive à ses émotions.

Though they're screaming your name... Don't close your eyes

- Je ne peux pas te demander de me pardonner, car on ne peut pas pardonner à un monstre ses agissements. Je comprends également que les choses ne puissent plus être comme avant mais...

Il hésita un instant, son regard fixé sur le mur mais ses yeux paraissent tellement éloignés... dans l'espace, comme dans le temps. Il ne tremblait pas, ni ne bougeait d'un millimètre d'ailleurs. Le sorcier était calme, maître de lui mais surtout... triste, comme si cette mélancolie qui lui était si chère le prenait à la gorge.

Et d'ailleurs, quand ses yeux rencontrèrent ceux de Bella, ils étaient remplis de cette détermination qui avait toujours brûlé dans ses yeux bleus.

God knows what lies behind them... Don't turn out the light... Never sleep never die

-... je ne vais pas me lamenter sur mon sort, ni passer ma vie à ressasser mon passé. J'ai à présent un devoir envers notre communauté... ou tout du moins, ceux qui croient en nos idéaux.

Il se leva alors, et même s'il était déjà grand, le jeu des lumières sembla l'auréoler de telle sorte qu'il paraissait plus imposant qu'en réalité. Sa magie aussi participait à cet effet, et il semblait être le même homme que celui qui avait mené les rebelles à travers cette guerre. Toutefois, une ombre demeurait dans son regard, et elle était une des causes de son anxiété.

I'm frightened by what i see... but somehow i know that there's much more to come

- Pourtant, ça ne m'empêche pas d'avoir peur, Bella... Pas du Ministère, des mangemorts ou de Potter... mais de moi, tout simplement. Tout ce qui n'était que cauchemars insaisissables s'est ancré dans une toute autre réalité lorsque je l'ai revécu. Tu as dû avoir peur en me voyant ainsi mais tu ne peux pas imaginer la peur que j'ai moi-même ressenti en replongeant dans cette vie de carnage et de chaos...

Puis il se rassit et passa une main sur son visage. S'il était vrai qu'il dormait mieux depuis quelques jours, les deux dernières années s'étaient révélées un véritable cauchemar éveillé pour lui. Nuit et jour il les voyait, ses victimes coupables mais toutes balayées avec la même sauvagerie, la même hargne... et surtout, il se voyait lui, il voyait Dagnir dans ses œuvres et cela l'horrifiait.

Immobilized by my fear... and soon to be blinded by tears

- Tu as le droit de me détester, voire même de me haïr si ça te fait plaisir... je te demande juste de laisser Anya en dehors de ça. Si tu choisis de couper les ponts avec moi, je le comprendrai également. Je n'ai pas été un ami très... fiable, ces derniers temps.

Il serra son poing ganté de noir, ajoutant sa propre force à celle de l'inhibiteur pour stopper l'afflux de magie naissant. Prenant de lentes respirations, il réussit à le dissiper. Mais ses yeux azurés n'en restaient pas moins hantés, comme si les ombres, jamais ne le quittaient.

I can stop the pain if i will it all away

- A présent, interroge-moi à loisir ou chasse-moi selon ton envie, ce qui va suivre ne dépend que de toi.


_________________


Qui que je sois au fond de moi, je ne suis jugé que par mes actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-validees-f13/re
Isabella Casteli
Progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 360
 g e : 25
H u m e u r : humeur speciale rebelle.
G r o u p e ( s ) : rebelle
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 06/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 200

MessageSujet: Re: Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]   Ven 16 Oct - 2:27



Assise face au jeune homme, Isabella était consternée. Comment en étaient-ils arrivés la? Comment avait-il pu laisser cela se produire? Jamais Bella aurait cru qu’un jour Jarod et elle en seraient a remettre en cause leur amitié… Et pourtant, c’était non seulement le cas, mais en plus, elle n’y était pour rien.

Don't turn away... Don't give in to the pain... Don't try to hide...

-Je tiens d'abord à m'excuser pour ce que Warren t'a obligé à faire il y a deux ans. Ce que tu as vu... personne n'aurait dû être obligé de le voir, à part moi-même. Tu as vu en l'espace de quelques heures ce que je revois depuis plusieurs années toutes les nuits.

Elle le regarda marquer une pause et fixer sa main gantée de noir sans vraiment le voir. Des images…des souvenirs qui ne lui appartenaient qu’a moitié pour la plupart remontèrent a la surface de son esprit et Bella prit une profonde inspiration.

- Tu as bien failli me tuer ce soir la…
souffla t-elle en croisant le regard bleu azur.

Though they're screaming your name... Don't close your eyes.

- Je ne peux pas te demander de me pardonner, car on ne peut pas pardonner à un monstre ses agissements. Je comprends également que les choses ne puissent plus être comme avant mais...

L'expression de son visage était soudain plus grave encore, lorsque la jeune femme l'entendit prononcer ces mots. Il hésita un instant…

Le regard de Jarod reflétait alors sa propre tristesse. Ses yeux exprimaient sa propre désillusion. La profondeur de leurs yeux n’était plus qu’un gigantesque miroir ou l’un et l’autre pouvaient ressentir la déchirure qu’ils ressentaient. Cette même écorchure qui empêchait la rebelle de respirer a pleins poumons, cette même peine que le tout nouveau directeur de Poudlard tentait de cacher en affichant son air déterminé.


God knows what lies behind them... Don't turn out the light... Never sleep never die.


-... je ne vais pas me lamenter sur mon sort, ni passer ma vie à ressasser mon passé. J'ai à présent un devoir envers notre communauté... ou tout du moins, ceux qui croient en nos idéaux.

Elle avait déjà entendu ce discours. Pourtant, ce fut la première fois qu’elle remettait en doute les paroles du jeune homme. Il se leva, presque brusquement. Lentement elle ajusta son regard. Avec la lumière de la fin d’après midi, Jarod paraissait plus imposant qu’il ne l’était en réalité.

L’expression de son visage n’avait pas changé. Elle exprimait toujours cette même gravité, cette peur, ce même désarroi et depuis quelques jours, une nouvelle angoisse s’ajouta au lot : On voyait clairement sur son visage qu’elle avait baissé les bras.

Isabella enfouit son visage entre ses mains et ferma les yeux.

I'm frightened by what i see... but somehow i know that there's much more to come.



- Pourtant, ça ne m'empêche pas d'avoir peur, Bella... Pas du Ministère, des mangemorts ou de Potter... mais de moi, tout simplement. Tout ce qui n'était que cauchemars insaisissables s'est ancré dans une toute autre réalité lorsque je l'ai revécu. Tu as dû avoir peur en me voyant ainsi mais tu ne peux pas imaginer la peur que j'ai moi-même ressenti en replongeant dans cette vie de carnage et de chaos...

-« Pourquoi me dire tout cela maintenant, Jarod ? Pourquoi a t-il fallu en arriver la pour que tu me parles ? » elle parlait lentement, comme si chaque mot lui était difficile a prononcer.

Immobilized by my fear... and soon to be blinded by tears

Une larme s’échappa de son œil gauche et alla mouiller ses mains. Ce n’était pas le moment de pleurer, aussi elle sécha discrètement ses yeux humides. Un long silence s’ensuivit.

- Tu as le droit de me détester, voire même de me haïr si ça te fait plaisir... je te demande juste de laisser Anya en dehors de ça. Si tu choisis de couper les ponts avec moi, je le comprendrai également. Je n'ai pas été un ami très... fiable, ces derniers temps.

C’est tout ce qu’il avait à répondre ? C’est tout ce qui l’inquiétait ? Qu’elle laisse Anna tranquille ? Voilà le motif de sa visite ?

Bella en eut le souffle coupé et en fut figée.

I can stop the pain if i will it all away

- A présent, interroge-moi à loisir ou chasse-moi selon ton envie, ce qui va suivre ne dépend que de toi.

-« T’interroger ? Jarod, je ne fais que ca ! » Laissa t-elle echapper d’une petite voix.

Elle n’osa toujours pas croiser le regard du jeune homme, néanmoins elle ota ses mains de son visage et se leva a son tour. Les premières notes au piano d’une autre chanson d’Evanescence, se faisait doucement entendre.

-« Cela fait 2 ans que tu ne réponds plus a mes questions ! Cela fait 2 ans, que tu me laisses imaginer le pire… 2 ans que tu me laisses dans l’obscurité. Je suis seule dans le noir a demander de l’aide, a te demander d’allumer la lumière… et tu m’as laissé me débrouiller… Tu m’as laissé imaginer le pire, faire TES cauchemars mélangés aux miens ! et maintenant tu veux que je ‘t’interroge a loisir’ ? »

Playground schoolbell rings, again. Rainclouds come to play, again. Has no one told you she's not breathing ?

Les larmes aux yeux, elle tourna le dos a Jarod et ouvrit la fenêtre du salon. Elle avait besoin d’air. Les rayons de soleil mélangés a sa magie lui donnait une aura dorée, presque halée. Isabella passa une main sur son front. Son regard se perdait au loin.
Une fois qu’elle fut certaine qu’elle pouvait parler sans quasiment de trémolos, elle dit :

- « Tu.. ne peux pas imaginer à quel point ça me fait mal tout ça… Je n’en dors plus… »


Hello, I'm your mind, giving you someone to talk to...Hello...
If I smile and don't believe. Soon I know I'll wake from this dream


Elle marqua une pause, baissa son regard au sol, et se tourna enfin vers Jarod.

-« …Dagnir a failli me tuer ce jour la. Mais je savais à quoi m’en tenir en m’aventurant dans ton esprit. J’y ai vu des choses horribles, monstrueuses oui. Pourtant contrairement a ce que tu penses, je n’ai jamais douté de toi, même dans l’obscurité, j’ai tenu bon, j’ai jamais remis en cause notre amitié, je ne t’ai jamais brusqué pour que tu me parles… mais je ne me rends compte que maintenant qu’en agissant ainsi, tu as failli m’achever. »


Don't try to fix me. I'm not broken. Hello, I'm the lie living for you so you can hide...


Isabella prit une profonde inspiration,s'avança vers Jarod jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que quelques centimètres entre eux, avant d’ajouter la voix brisée:

-"TU ne sais pas, a quel point tu comptes pour moi. En fait, tu l’as toujours sous-estimé… et tu n’as jamais eu confiance en moi, Jarod… Tu n'as fait que le démontrer...et ça m’attriste énormément…énormément…"


Don't cry...
Suddenly I know I'm not sleeping. Hello, I'm still here, all that's left. Of yesterday...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.futur-harry-potter-rpg.com/fiches-validees-f13/rebell
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bring me to life... Save me from the nothing I've become [FE Jarod Goldsmith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Life in UCLA
» Lena& Carmelia ? save me ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Futur d'Harry Potter :: La zone RP :: Londres :: Domaine des Sorciers :: Habitations-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com