AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un petit rendez-vous... [PV Jarod]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléa Valingaï
Membre du staff modéré
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 530
 g e : 26
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 19/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 0

MessageSujet: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Mer 23 Sep - 13:18

Je m'étais pourtant jurée d'arriver en avance à ce rendez-vous avec le directeur... J'avais même tout fait pour atteindre cet objectif, jusqu'à mettre mon réveil de bonne heure, préparer des vêtements pour être bien habillée, avoir des cheveux d'une couleur noire plus que normale. Je m'étais même couchée de bonne heure, et sans alcool en plus ! Oui, j'étais fière de moi... Jusqu'à mon réveil.

Apparemment, soit il n'avait pas sonné ou soit je ne l'avais pas entendu, mais il était dix heures du matin, alors que mon rendez-vous avait normalement lieu à... neuf heures trente. Hurlant la tonne de jurons qui me venaient instinctivement, je réussis à m'habiller en vitesse grâce à la magie, manquant tout de même de tomber dans ma rapidité. Je dus par contre récolter au moins trois bleus dans tout cela. Je n'eus même pas le temps de prendre un petit-déjeuner qui m'aurait ragaillardi, je courus hors de mes appartements, passant comme une fusée dans les couloirs, jusqu'au bureau du directeur. Là-bas, je m'arrêtai quelques instants, remettant en place ma robe et me recoiffant grâce à mon don de métamorphomage.

J'avais actuellement trois quarts d'heure de retard, et je ne savais à vrai dire pas vraiment comment me comporter : déjà, je devrais m'excuser, cela était sûr. Mais devrais-je dire qu'il s'agissait d'une panne d'oreiller ? Je ne devais pas vraiment avoir le choix, mais cela m'embêtait quelque peu. Étant souvent en retard pour mes débuts de cours, cela jouerait certainement en ma défaveur. Soupirant quelque peu, je réussis donc à passer la gargouille dont je connaissais le mot de passe de la journée, et je pris mon mal en patience, tentant tant bien que mal de calmer mon stress qui commençait à monter quelque peu.

Enfin, j'arrivais devant cette porte qui m'était légèrement effrayante. Vu qu'elle était fermée, je toquais trois fois, espérant qu'il était toujours là, et surtout pas trop énervé par ce retard. Posant mon regard gris perle sur les extérieurs, j'attendis assez patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod Goldsmith
Membre du staff progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 514
 g e : 28
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 02/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 9215

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Sam 26 Sep - 17:15

Mélancolie... tel est le premier sentiment qu'il ressentit alors qu'il venait d'apparaître dans le Bureau du Directeur de Poudlard, vêtu comme à son habitude d'un élégant costume bleu nuit. Bien que cette pièce ait été occupée par Filius Flitwick durant les deux dernières décennies, elle était encore très fortement imprégnée de l'aura de son précédent et si célèbre directeur.

La large pièce circulaire dans laquelle il se trouvait comportait plusieurs fenêtres, donnant sur des vues assez différentes. Si plusieurs d'entre elles offraient une vue imprenable sur le terrain de Quidditch, une autre faisait face à l'est et permettait de contempler les montagnes qui entouraient le château.

Son regard se posa ensuite sur une étagère où était rangé le Choixpeau magique mais dériva rapidement sur la vitrine qui se trouvait à côté et dans laquelle reposait une épée argentée dont le pommeau était incrusté de rubis.

- Magnifique objet, n'est-ce pas?

L'homme d'affaires ne répondit pas tout de suite, ni ne sembla réagir. En tant que maître des lieux, il ne faisait plus qu'un avec la magie du château, ainsi que ses barrières. Il aurait donc senti immédiatement la présence d'un nouveau venu dans la pièce, ce qui signifiait que la personne qui venait de s'adresser à lui se trouvait déjà dans le bureau...

... et ses yeux s'orientèrent progressivement sur les murs, y observant les portraits de ses prédécesseurs avant de finalement poser les yeux sur celui qui avait pris la parole.

Le vieux sorcier était tel qu'il l'avait vu sur diverses photographies. Une longue chevelure argentée, ainsi qu'une barbe au moins aussi longue, des yeux d'un bleu perçant dissimulés derrière une paire de lunettes en demi-lune... il n'y avait aucun doute possible sur son interlocuteur.

- Albus Dumbledore, je présume... enfin, ce qu'il en reste.

Le vainqueur de Grindelwald ne sembla pas s'en offusquer et continuait de l'observer avec cet air sage et paisible qui lui était si caractéristique. Lui tournant un instant le dos, le rebelle s'approcha de l'énorme meuble aux pieds en forme de serres qui servait de bureau au directeur avant de prendre place dans son fauteuil.

- Dites-moi Albus... maintenant que l'Ordre du Phénix est progressivement devenu une organisation anti-sang purs, tout en arborant une politique semblable à celle de Cornelius Fudge, êtes-vous heureux de notre héritage ?

Le visage ridé de Dumbledore sembla s'assombrir quelque peu et Jarod en ressentit une certaine satisfaction. D'ordinaire, il n'était pas du genre à embêter les morts mais celui-ci l'énervait prodigieusement. Le vieux sénile avait porté tous ses espoirs sur un adolescent qui aurait tout aussi bien pu condamner ce monde, et qui n'avait même pas pris soin de finir ce qu'il avait commencé.

Détournant son regard du tableau, il ne tarda pas à voir apparaître un magnifique phénix au plumage bleuté dans un brasier étincelant. L'oiseau immortel lui adressa un cri joyeux avant d'aller se poser sur le perchoir doré qui appartenait autrefois au phénix de Dumbledore.

- Puis-je vous demander ce que vous allez faire, maintenant que vous dirigez cette école, Mr Goldsmith ?

La question posée sur un ton étrangement humble lui fit reporter son attention sur le portrait. Méditant un instant sur la réponse la plus adéquate à formuler, il finit par opter pour l'honnêteté dérangeante qui allait très probablement choquer son prédécesseur.

- Je vais réformer cette école. L'enseignement comme les mentalités. J'entends faire comprendre aux futures générations de sorcières et sorciers qu'ils doivent respecter non seulement leur propre race, quels que soient leur sang et leurs origines mais aussi les autres êtres pensants de la communauté magique. J'amorce une ère de changement, Dumbledore.

- Je comprends... mais vous trouverez peut-être cette tâche plus ardue qu'au premier abord.

Le vieil homme eut droit pour toute réponse à un sourire malicieux de la part de Goldsmith.

- Contrairement à vous, je n'entends pas me faire passer pour un "sorcier tout-puissant et bienveillant". Ce que je dirai ne plaira pas à tout le monde mais ils n'auront pas le choix. Je n'ai pas été mis à ce poste, j'ai pris possession des lieux en tant que maître légitime. Maintenant, je vous conseille de vous rendormir, Dumbledore. J'ai un entretien d'ici peu et cela me dérangerait que vous m'interrompiez.

Et d'un geste de la main, il exerça sa magie sur le portrait, faisant sombrer son occupant dans un profond sommeil. Satisfait d'avoir mis un terme à cette étrange conversation, il se rendit compte que la personne qu'il devait auditionner était très mais alors très en retard.

Trois quarts d'heure s'étaient déjà écoulés lorsqu'il sentit la présence d'une personne devant la Gargouille. Celle-ci devait connaître le mot de passe car elle la passa sans difficulté et chemina jusqu'à la porte de son bureau avant de toquer à la porte.

- Entrez. Se contenta-t-il de répondre d'une voix forte.

La porte s'ouvrit alors pour laisser place à une sorcière d'une vingtaine d'années, dont les longs cheveux noirs lui retombaient en cascade sur les épaules. Mais la chose qui le frappa le plus, c'était la ressemblance avec Anna. Mais après tout, il n'aurait pas dû être surpris puisqu'il s'agissait de sa fille... et probablement l'un des derniers vestiges de l'union entre Anna et Pétrov Valingaï.

Il ne lui fallut qu'un seul coup d'oeil pour comprendre la raison de son retard. Ses cheveux étaient emmêlés et sa robe de sorcière était mise à l'envers... sans compter qu'elle semblait avoir oublié de mettre des sous-vêtements, chose assez gênante au vu de la légèreté de sa robe.

Poussant un léger soupir tout en se demandant ce qu'il devait faire de cette jeune femme que les rumeurs autant que ses sources qualifiaient d'alcoolique et de retardataire chronique.

- Bonjour miss Valingaï, asseyez-vous, je vous prie.

Il était étrange d'appeler une autre fille que Leîlan "miss Valingaï" mais après tout, la jeune femme n'était pas mariée, ni même en couple selon ses sources. Cela ne voulait toutefois pas dire qu'elle était un modèle de chasteté s'il en croyait là encore de très nombreuses sources. Le professeur de mythologie semblait au contraire enchaîner les aventures avec plus d'assiduité qu'elle n'en avait pour ses cours.

- Je crois que vous savez pourquoi vous êtes ici... même si au vu de votre retard, je pourrais penser que vous ne prenez pas très au sérieux notre entretien, ce qui serait bien sûr une grossière erreur pour votre carrière.

Il venait de parler d'un ton neutre, ne tenant pas à accabler davantage la jeune femme déjà particulièrement nerveuse qui se trouvait assise devant lui. Probablement à la fois en manque d'alcool et de caféine, la jeune Valingaï n'exhibait pas beaucoup d'arguments en sa faveur, ne serait-ce que dans son apparence...

- Maintenant, je voudrais savoir ce qui vous a poussée à devenir professeur et si vous êtes satisfaite de votre poste. Ensuite, je veux que vous m'exposiez les raisons pour lesquelles je devrais vous garder dans le corps enseignant de cet établissement.

Le directeur croisa ensuite les bras, l'air détendu mais le visage imperturbable alors qu'il attendait que son interlocutrice prenne la parole.

_________________


Qui que je sois au fond de moi, je ne suis jugé que par mes actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-validees-f13/re
Eléa Valingaï
Membre du staff modéré
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 530
 g e : 26
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 19/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 0

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Sam 26 Sep - 21:56

- Entrez.

L'attente ne fut pas si longue en tout cas, et j'eus bien la confirmation qu'il était toujours là, m'attendant malgré le retard. Cette pensée me fit de nouveau rougir et, même si j'avais réussi à reprendre mon souffle et mes esprits pour me refaire un visage neutre, mon entrée me vit rouge écarlate, légèrement stressée et inquiète sur mon sort. En plus, j'avais une très mauvaise réputation dans l'établissement depuis un certain temps, deux ans plus exactement. On me disait adepte de l'alcool, de la luxure et d'autres vices. Si le premier pouvait s'avérer vrai, les autres n'étaient que purs mensonges inventés pour me créer un personnage, et éviter de me faire passer pour une femme sage et effacée. Je les avais lancés moi-même, histoire d'avoir la paix avec Léïlan. Malgré tout, avec ce rendez-vous, je doutais avoir fait le bon choix. En plus, j'étais adepte des retards, et je n'avais absolument rien pour me rattraper.

En effet, je venais également de m'apercevoir que, vu ma vitesse, j'avais un air débraillé peu flatteur : mes cheveux étaient emmêlés à cause de la course, ma robe était enfilée à l'envers et, surtout, j'avais juste oublié mes sous-vêtements... Retenant un juron, mon visage reflétait certainement ma honte et ce début de panique qui aurait pu me faire sortir en courant du bureau. Me retenant pourtant et me forçant à m'asseoir sur une chaise face au bureau à sa demande, je ne croisais pas mes jambes, afin de ne pas me faire encore plus remarquer.


- Je crois que vous savez pourquoi vous êtes ici... même si au vu de votre retard, je pourrais penser que vous ne prenez pas très au sérieux notre entretien, ce qui serait bien sûr une grossière erreur pour votre carrière.

Ce n'est pas le cas, croyez-moi ou non.

Je ne voulais bien sûr pas ma carrière en danger ! C'était la seule chose qui me retenait, n'ayant plus rien auquel me raccrocher. J'avais pourtant parlé d'une petite voix, presque comme une petite fille, baissant la tête de manière honteuse. Elle était presque heureuse qu'il ait parlé sur un ton neutre sinon, elle aurait eu une voix encore plus aigüe et il l'aurait viré pour "nuisances sonores dans le bureau du directeur". Cela faisait encore moins bien sur un dossier, n'est-ce pas ? Baissant le regard sur le sol, elle tritura en plus une mèche de ses cheveux noirs, attendant la suite.

- Maintenant, je voudrais savoir ce qui vous a poussée à devenir professeur et si vous êtes satisfaite de votre poste. Ensuite, je veux que vous m'exposiez les raisons pour lesquelles je devrais vous garder dans le corps enseignant de cet établissement.

Là, c'était THE question piège, celle de tous les dangers et qui pourrait lui donner encore plus d'armes contre moi. Je ne pus m'empêcher de passer une main sur le sommet de mon crâne, en pleine réflexion, avant de répondre.

J'aime être professeur pour transmettre mon savoir à des élèves. La mythologie, qui est quand même ma matière principale, est souvent inconnue des élèves, à part de ceux qui ont vécu dans le monde non-magique. J'ai envie de leur apprendre une autre vision du monde, différente de celle que leurs parents ont pu leur raconter. Il y a tellement de sortes de croyances dans le monde moldu qu'il est très difficile de tout leur expliquer, mais j'essaie de toutes les survoler, qu'ils en sachent tout de même un minimum.

Déjà, à parler ici de choses connues, je m'exaltais bien plus facilement, et avais même un léger sourire presque décontracté sur les lèvres. Observant le nouveau directeur tranquillement installé dans son fauteuil d'un air faussement détendu, je ne pus m'empêcher de penser que mon sort était déjà décidé dans sa stratégie. Une lueur de doute traversa mon regard, alors que je reprenais, un peu moins sûre de moi.

Pour la métamorphose, je n'ai occupé ce poste que pendant deux ans, car aucun prof ne se présentait pour cette matière. Étant métamorphomage et mes ASPIC les mieux réussis étant dans cette matière, j'ai postulé pour ce poste en remplacement, et j'ai été accepté. La mythologie étant une option, j'avais encore du temps pour faire des cours sérieux en métamorphose, et les élèves ne se sont pas plains de mes cours, sachant que je leur ai enseigné tout ce que le programme exigeait, voire même quelques extras pour els meilleurs d'entre eux.

Il n'avait toujours pas changé d'expression et je semblais me détendre autant que je m'en inquiétais intérieurement. Cela pouvait signifier tellement de choses... Sa neutralité pouvait montrer qu'il m'écoutait attentivement et prenait tout en compte, mais pouvait aussi indiquer un certain dédain, et qu'il était plongé dans ses réflexions. Mes cheveux passèrent quelques instants au blond vénitien, avant de reprendre leur couleur noir.

Pour les raisons... Disons que je sais être à l'écoute des autres, en particulier des élèves. Je sais qu'il peut être difficile de s'adapter à Poudlard, et je tente d'aider les plus en difficulté au niveau scolaire en leur indiquant des livres intéressants, voire en proposant des cours particuliers, aussi bien en mise à niveau qu'en perfectionnement. Mes cours sont, je pense, assez clairs et concis pour regrouper l'essentiel tout en laissant des pistes de recherches à approfondir pour les plus intéressés. Pour la métamorphose, je tentais au maximum d'alterner un cours théorique et un cours pratique, en application du cours.

Je m'étais à peine rendu compte que ma voix n'était quasiment plus qu'un murmure à la fin de mes explications, alors que mes mains posés sur mes genoux tremblaient de plus en plus à cause du stress.

Voilà, monsieur. Je n'ai pas grand chose à dire, vu que vous devez savoir beaucoup de choses sur moi grâce au dossier. Je sais juste que je ne souhaite pas que ma carrière d'enseignement s'achève avec votre arrivée, vu qu'il s'agit de mon seul véritable... loisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod Goldsmith
Membre du staff progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 514
 g e : 28
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 02/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 9215

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Sam 26 Sep - 22:41

Voilà, monsieur. Je n'ai pas grand chose à dire, vu que vous devez savoir beaucoup de choses sur moi grâce au dossier. Je sais juste que je ne souhaite pas que ma carrière d'enseignement s'achève avec votre arrivée, vu qu'il s'agit de mon seul véritable... loisir.

Jarod avait écouté la jeune femme très attentivement mais il l'avait également observée avec la même attention. Elle était stressée, et il y avait de quoi c'est vrai, mais elle avait toutefois réussi à exprimer ses idées de manière assez cohérente. Il avait aussi pu sentir la gêne dans son attitude, probablement parce qu'elle s'était rendue compte des quelques impairs commis dans son allure vestimentaire...

Autre détail intéressant, elle était métamorphomage, comme Anna. Il devait reconnaître chez la jeune femme une certaine détermination et du courage puisqu'elle avait tout de même pris en charge les cours de métamorphose en plus de ceux de mythologie alors que rien ne l'y obligeait. Si elle arrivait à réduire un peu sa consommation d'alcool et à se lever plus tôt, deux choses qui devaient sûrement être liées d'une manière ou d'une autre, elle finirait peut-être par incarner la jeune enseignante talentueuse dont elle avait le potentiel.

Adressant un regard impassible à son interlocutrice, le directeur reprit la parole d'une voix calme et posée.

- Je dois avouer qu'on ne rencontre pas tous les jours des professeurs aussi passionnés par leur matière. Vous êtes passionnée par la mythologie, trait de caractère que je peux comprendre puisque je le partage et vous êtes plus que compétente en matière de métamorphose. Ce sont deux choses qui jouent en votre faveur, miss Valingaï. Toutefois...

Il crut voir la jeune femme se raidir mais n'en tint pas compte. Il allait mettre ses nerfs à rude épreuve mais c'était nécessaire, aussi bien pour son bien personnel que pour celui de l'établissement.

- Je n'ignore par les rumeurs qui courent à votre sujet. Et si je suis certain que la grande majorité sont fausses, je sais qu'au moins deux d'entre eux sont vraies. Je fais bien sûr référence à votre habitude d'arriver en retard mais aussi à votre problème avec l'alcool. Il y a néanmoins un autre point que je voudrais régler.

Le sorcier se leva de sa chaise, dominant l'enseignante de toute sa hauteur. Le fait qu'il mesure plus d'1m85 n'avait rien à voir avec ça, c'était davantage l'aura de magie qu'il exhalait sans le moindre effort. Contournant sa chaise pour se placer devant l'une des fenêtres, il observa d'un regard distrait l'entraînement de l'équipe de Poufsouffle.

- Vous n'ignorez probablement pas mon engagement pour la cause progressiste, ainsi que mes nombreuses batailles juridiques face au Magenmagot. Ce que vous ignorez peut-être, c'est que je suis celui qui a défendu votre cousine afin de lui éviter un allez simple à Azkaban. Cela étant dit...

Il se tourna alors vers elle, ses yeux azurés en trahissant absolument aucun sentiment alors qu'il la fixait de ce regard à la fois perçant et captivant qui lui était propre.

- Je ne pensais pas l'exposer à des sévices corporels en la faisant placer sous votre garde. Je peux comprendre que vous ne la portiez pas dans votre cœur mais tant que je serai le maître des lieux, je ne tolérerai pas que mes enseignants portent la main sur des enfants, fussent-ils les leurs.

Puis il se rapprocha à nouveau d'elle et s'appuya sur le rebord de son bureau tout en posant à nouveau son regard sur Eléa, mais un regard un peu plus doux cette fois-ci.

- Comprenez-moi bien, miss Valingaï. Cette école a besoin de professeurs aussi passionnés que vous l'êtes mais je ne peux pas cautionner ce genre d'excès qui sont non seulement mauvais pour Poudlard mais surtout pour vous-même. Pensez à ceci comme un nouveau départ, une manière de faire table rase sur le passé. Et puis...

Il fit une petite pause, voyant le visage de la jeune Valingaï se lever vers lui, le rebelle esquissa un léger sourire avant de reprendre la parole d'une voix amusée.

- Je crois qu'un de vos anciens élèves, un Serdaigle devenu Auror, serait plus que ravi de vous aider à remonter la pente. Je suppose que vous voyez de qui je veux parler, n'est-ce pas ?

Croyant apercevoir un léger rougissement sur les joues de l'enseignante, il se détourna un instant d'elle pour ne pas l'accabler davantage et retourna derrière son bureau avant de s'asseoir tranquillement dans son fauteuil. Posant ses coudes sur le bureau tout en joignant ses mains pour y poser son menton, il prit cette fois-ci une voix plus sérieuse.

- Etes-vous prête à faire des efforts pour montrer que vous mériter ce poste, professeur Valingaï ?

_________________


Qui que je sois au fond de moi, je ne suis jugé que par mes actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-validees-f13/re
Eléa Valingaï
Membre du staff modéré
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 530
 g e : 26
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 19/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 0

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Sam 26 Sep - 23:59

Le silence ne dura pas très longtemps en réalité, mais il me parut être des heures. J'espérais tout du moins qu'il ait véritablement ressenti mon envie de garder ce poste, et de refaire en quelque sorte mes preuves. J'étais prête à me battre s'il le fallait, mais je voulais ce poste plus que ma propre vie ne valait. Au moins le voyais-je toujours calme et, s'il était agacé, énervé ou insatisfait de mes réponses, il ne le montrait pas.

- Je dois avouer qu'on ne rencontre pas tous les jours des professeurs aussi passionnés par leur matière. Vous êtes passionnée par la mythologie, trait de caractère que je peux comprendre puisque je le partage et vous êtes plus que compétente en matière de métamorphose. Ce sont deux choses qui jouent en votre faveur, miss Valingaï. Toutefois...

Toutefois je me dois de vous virer. Déjà, j'entendais cette phrase dans ma tête, et je me raidissais, dans l'attente de l'entente du verdict. Je voulais juste retenir la souffrance que cela allait me provoquer, cette douleur que je devrais maintenir à l'intérieur de moi-même. Je ne souhaitais pas lui montrer mes émotions au moment de cette annonce fatidique.

- Je n'ignore par les rumeurs qui courent à votre sujet. Et si je suis certain que la grande majorité sont fausses, je sais qu'au moins deux d'entre eux sont vraies. Je fais bien sûr référence à votre habitude d'arriver en retard mais aussi à votre problème avec l'alcool. Il y a néanmoins un autre point que je voudrais régler.

Je ne pus m'empêcher de sourire même si je bouillais intérieurement. S'il s'amusait à jouer avec mes nerfs pour ensuite m'expulser... Malgré tout, j'étais assez amusée par le fait qu'il se soit aperçue que toutes mes rumeurs soient fausses, sauf l'alcoolisme et les retards.

J'ai lancé les fausses rumeurs pour avoir la paix, je l'avoue. Mais au moins savez-vous faire la différence entre le vrai et le faux.

Cependant, je n'avais aucune idée professionnelle sur la dernière chose à régler. La seule idée que j'avais était purement personnelle, et je bouillais déjà d'impatience colérique à l'idée que la peste puisse me coûter mon emploi. Pourtant, lorsqu'il se leva, je ressentis tellement sa puissance magique que j'en eus le souffle coupé, et je ne pus que le suivre du regard alors qu'il se dirigeait vers une fenêtre, donnant apparemment sur le terrain de Quidditch.

- Vous n'ignorez probablement pas mon engagement pour la cause progressiste, ainsi que mes nombreuses batailles juridiques face au Magenmagot. Ce que vous ignorez peut-être, c'est que je suis celui qui a défendu votre cousine afin de lui éviter un allez simple à Azkaban. Cela étant dit...

Mon idée était don juste, et je me mordillais les lèvres pour m'empêcher de lui couper la parole. C'est dans ses moments-là que j'avais des envies de meurtre sur la Serdaigle qui venait encore me gâcher la vie. Une étincelle de colère prête à grandir apparut dans mon regard alors que je le laissais continuer.

- Je ne pensais pas l'exposer à des sévices corporels en la faisant placer sous votre garde. Je peux comprendre que vous ne la portiez pas dans votre cœur mais tant que je serai le maître des lieux, je ne tolérerai pas que mes enseignants portent la main sur des enfants, fussent-ils les leurs.

Vous méconnaissez quelques éléments monsieur Goldsmith.

Je n'avais pas pu m'empêcher de dire ceci tout en soupirant, me levant à mon tour pour éviter de me tortiller sur ma chaise. Au moins, si je faisais les cent pas, cela paraîtrait moins ridicule. Restant pour le moment immobile, je repris la parole.

A la base, j'ai eu sa garde après le professeur McKay, plus par obligation et demande urgente de changement de tuteur. Je n'ai donc pas eu le choix. Ensuite... Au début, j'ai tout fait pour qu'elle soit heureuse : je tentais de lui parler de sujets qu'elle appréciait, lui donnait à manger les repas qu'elle aimait, et lui offrant même des livres comme elle aime cela. Pourtant, je n'ai reçu en retour que des insultes et un mutisme complet. Croyez-vous que j'ai à la respecter et à l'apprécier encore dans ce cas ? Pour moi, la réponse est largement négative.

Comme j'en avais l'habitude, je m'étais mise à faire les cent pas dans le bureau, alors que je semblais réfléchir à voix haute plutôt que répondre au directeur. Seule ma question était la preuve que je lui adressais bien la parole. Mon léger agacement commençait même à être audible dans mes paroles, même si je tentais de le juguler au maximum.

Maintenant, de toute façon, je vais avoir du mal à lui faire du mal, vu que vous avez l'air de penser que je suis une tortionnaire : elle a décidé de s'installer définitivement dans le dortoir des Serdaigles... Mais je persiste à croire que Léïlan n'a aucune politesse et sympathie envers moi, et qu'elle n'en mérite donc pas de ma part.

Oui, j'étais amère et cela se voyait. Me faire accuser de maltraitance alors que j'avais été la première victime de la Serdaigle me semblait profondément injuste. Pourtant, je doutais sur le fait qu'il me croie. Après tout, il l'avait déjà rencontré, et devait la penser assez gentille malgré tout, non ? Me rasseyant alors qu'il se rapprochait du bureau, je fixais son visage à défaut de le fixer droit dans les yeux. Je doutais tellement de pouvoir soutenir son regard perçant.

- Comprenez-moi bien, miss Valingaï. Cette école a besoin de professeurs aussi passionnés que vous l'êtes mais je ne peux pas cautionner ce genre d'excès qui sont non seulement mauvais pour Poudlard mais surtout pour vous-même. Pensez à ceci comme un nouveau départ, une manière de faire table rase sur le passé. Et puis...

En effet, j'avais bien besoin de reprendre tout de zéro. Le passé m'était douloureuse et était principalement les causes de mon alcoolisme. Si je parvenais à tout oublier, je risquais d'aller bien mieux, sans nul doute. Par contre, je n'étais pas du tout d'accord sur sa notion d'excès, et je le fis comprendre par ma légère moue boudeuse. Je ne jugeais absolument pas excessif de gifler une fillette dont j'avais la garde et qui ne me respectait pas.

- Je crois qu'un de vos anciens élèves, un Serdaigle devenu Auror, serait plus que ravi de vous aider à remonter la pente. Je suppose que vous voyez de qui je veux parler, n'est-ce pas ?

En effet. Il a été mon meilleur élève, et on n'oublie jamais ses meilleurs éléments.

Pourtant, j'avais rougi à cette évocation qui signifiait que Shawn connaissait sûrement Jarod. Je ne connaissais pas si personnellement que cela mon élève, mais j'avais dîné avec lui un soir, et cela avait été un moment très agréable de par la tranquillité du moment et la détente qu'il en ressortait. Pour une fois, je n'avais pas bu, et j'avais été à l'heure le lendemain matin.

- Etes-vous prête à faire des efforts pour montrer que vous mériter ce poste, professeur Valingaï ?

Je vous promets de ne boire que modérément, et d'être à l'heure pour mes cours, cela est certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod Goldsmith
Membre du staff progressiste
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 514
 g e : 28
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 02/08/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 9215

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Dim 4 Oct - 19:35

Je vous promets de ne boire que modérément, et d'être à l'heure pour mes cours, cela est certain.

Jarod acquiesça simplement de la tête tout en ne quittant pas son interlocutrice du regard. Il n'ignorait rien de ce que la jeune femme venait de lui révéler. Que ce soit au sujet de Warren, qu'il avait spécialement choisi pour cette tâche plutôt ingrate jusqu'au comportement que la Serdaigle avait eu à l'égard d'Eléa. Toutefois, le comportement en question trouvait ses origines dans un passé au moins aussi sombre que celui de l'enseignante.

- Je n'ignore pas les efforts que vous avez fourni, ni la manière dont s'est comportée Leïlan. Néanmoins, je n'en suis pas vraiment surpris. Après le genre d'éducation que lui a donné sa famille, les séances de torture infligées par la veuve noire et la fuite de Mr Nozdormu, c'est une réaction tout à fait normale que de se refermer sur soi-même.

Il ignorait ce que l'enseignante savait à ce sujet. Probablement était-elle au courant de l'éducation assez... particulière de sa cousine mais il doutait qu'elle ait été au courant des sévices infligés par Anna... la propre mère d'Eléa.

- Enfin... bientôt, toute cette affaire ne sera plus de votre ressort de toutes manières. Je suis actuellement en train de négocier avec le Ministère l'émancipation de Leïlan à son quinzième anniversaire, et un vieil ami à moi se chargea d'être son tuteur temporaire. Cet ami en question est le parrain du jeune Mr Anderson, l'un des amis de Leïlan.

Il crut voir la jeune femme tressaillir à la mention de Dean mais après tout, quoi de plus normal lorsque le garçon l'avait menacée de représailles si jamais elle touchait à un seul cheveu de son amie. Jarod voyait la détermination de Thomas chez l'adolescent mais aussi la patience et le doigté de Julian. Nul doute qu'il prendrait une place importante dans le futur de ce pays dans quelques années...

- J'ai dissuadé Dean d'attenter une action en justice contre vous. Il n'est pas dans votre intérêt, ni dans celui de cette école, que vous croupissiez à Azkaban, ne serait-ce que pour quelques mois. Et contrairement à ce que vous pouvez penser, ce garçon ne devrait pas être sous-estimé.

Il fit une nouvelle pause, prenant le temps d'observer Eléa de son regard perçant. Tout autre sorcier que lui aurait probablement renvoyé l'enseignante sur le champ, simplement à cause de toutes les erreurs qu'elle avait commises, autant par ses retards que pour sa réputation d'alcoolique. Toutefois, leurs effectifs étaient déjà limités et il discernait un grand potentiel chez elle. Après tout, elle était la fille d'une des plus grandes sorcières de cette époque, et surtout d'une des plus puissantes.

- Ma décision est la suivante. Vous demeurerez en place dans cette école, en charge des deux postes que vous occupez actuellement. Néanmoins, vous allez être à l'essai pendant un mois, au terme duquel je déciderai définitivement si vous resterez ou non dans cet établissement. J'attends beaucoup de vous, professeur Valingaï et j'espère que vous ne me décevrez pas.

Discernant une lueur de soulagement dans les yeux clairs de la jeune femme, il se leva de sa chaise et contourna le bureau pour se rapprocher d'elle. Se tenant à quelques mètres appuyé au vénérable meuble en bois, il prit la parole d'une voix neutre.

- Avez vous des questions?


_________________


Qui que je sois au fond de moi, je ne suis jugé que par mes actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-futur.forumsactifs.com/fiches-validees-f13/re
Eléa Valingaï
Membre du staff modéré
avatar

N o m b r e D e M e s s a g e s : 530
 g e : 26
D a t e D ' i n s c r i p t i o n : 19/01/2008

La Pensine
Rp en cours
:
Relations
:
Les Gallions: 0

MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   Dim 4 Oct - 22:48

- Je n'ignore pas les efforts que vous avez fourni, ni la manière dont s'est comportée Leïlan. Néanmoins, je n'en suis pas vraiment surpris. Après le genre d'éducation que lui a donné sa famille, les séances de torture infligées par la veuve noire et la fuite de Mr Nozdormu, c'est une réaction tout à fait normale que de se refermer sur soi-même.

Me repousser totalement voire m'insulter, c'est excessif tout de même. J'aurais mieux compris si elle m'avait juste évité ou était restée muette.

Oh, je m'ignorais pas totalement son calvaire lors de sa première année. Après tout, cela aurait été difficile de l'ignorer, surtout en étant sa tutrice. Je ne savais pourtant pas les détails, et ne souhaitais pas les savoir. La torture était une chose que je n'appréciais que très peu, et je préférais achever rapidement les gens, sauf en cas de haine profonde envers eux. Mes assassinats n'avaient été effectués que sur des inconnus sur ordre du ministère, alors je n'avais pas à faire durer leur agonie. Si je disposais d'un large arsenal de couteaux et autres armes offensives et généralement létales, c'était juste pour m'adapter aux situations, rien de plus. Pendant une courte période, je m'étais même essayée à l'arc pour tuer quelqu'un discrètement, mais cela n'était pas aussi efficace qu'un bon lancer au couteau par exemple. Si on visait en pleine tête, c'était une bonne menace pour les amis du tué. J'enviais parfois les armes moldues, ces armes à feu capables de tuer loin et précisément : le seul reproche était le bruit qu'elle faisait, vu que les silencieux n'étaient fonctionnels qu'à courte distance. Mais bon, de toute façon, ces armes ne fonctionnaient pas dans le monde sorcier...

- Enfin... bientôt, toute cette affaire ne sera plus de votre ressort de toutes manières. Je suis actuellement en train de négocier avec le Ministère l'émancipation de Leïlan à son quinzième anniversaire, et un vieil ami à moi se chargea d'être son tuteur temporaire. Cet ami en question est le parrain du jeune Mr Anderson, l'un des amis de Leïlan.

Ce n'est pas plus mal que je sois débarrassée de cette garde. Je ne suis pas pessimiste mais, si elle continuait ainsi, il y aurait eu un meurtre à Poudlard.

J'avais pourtant discrètement grimacé à la prononciation de cet ami de Léïlan, celui qui avait véritablement eu l'envie de me faire renvoyer. En plus, il avait en quelque sorte promis de me faire la peau si je touchais encore une seule fois à ma nièce ! Je pensais véritablement qu'il avait des problèmes d'éducation et ne savait pas respecter les adultes, mais je n'en dis rien. Après tout, il semblait être apprécié de Jarod, vu qu'en plus, son parrain était un ami de l'ancien chef rebelle. Cela suffisait à me faire taire après tout.

- J'ai dissuadé Dean d'attenter une action en justice contre vous. Il n'est pas dans votre intérêt, ni dans celui de cette école, que vous croupissiez à Azkaban, ne serait-ce que pour quelques mois. Et contrairement à ce que vous pouvez penser, ce garçon ne devrait pas être sous-estimé.

Il n'empêche qu'il n'a pas à me menacer publiquement.

J'avais adopté un ton boudeur presque comique face à ses paroles. C'était assez puéril, mais je n'avais pu m'empêcher d'être vexée que tout le monde porte autant d'attention et d'excellent jugement sur un garçon de son âge. Je n'étais pas jalouse, bien sûr que non : mais bon, les gens pouvaient changer avec le temps, n'est-ce pas ? Ce gamin pouvait devenir égoïste, hautain et froid plus tard !

- Ma décision est la suivante. Vous demeurerez en place dans cette école, en charge des deux postes que vous occupez actuellement. Néanmoins, vous allez être à l'essai pendant un mois, au terme duquel je déciderai définitivement si vous resterez ou non dans cet établissement. J'attends beaucoup de vous, professeur Valingaï et j'espère que vous ne me décevrez pas.

Un mois ? Cela était à la fois court et long. C'était court parce que je devais changer mes habitudes très rapidement sans difficultés, ce qui allait se révéler coriace sans nul doute. C'était long, parce qu'il fallait que je tienne durant tout ce temps. Mais, en tout cas, je ferais tout pour ne pas le décevoir. J'étais tellement heureuse et soulagée que cela devait se voir aisément sur mon visage, et un sourire se dessina même sur mes lèvres. Sans ces deux postes, j'ignorais totalement ce que j'aurais fait. Je n'aurais rien pu faire à mon humble avis.

- Avez vous des questions?

Une seule et unique question, en effet : vous avez une solution pour éviter de boire sans arrêt pour éviter de repenser au passé, ainsi que pour éviter de déprimer et pour se lever tôt ? Parce que, ce matin par exemple, je n'ai rien bu la veille et pourtant, je suis arrivée en retard...

Je n'avais pas pu m'empêcher de rire à mes propres phrases : si j'avais imaginé que je poserais une telle question à un directeur de Poudlard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous... [PV Jarod]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit rendez-vous... [PV Jarod]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Futur d'Harry Potter :: La zone RP :: L'école de Poudlard ~ en 2017 :: Les salles communes et les bureaux-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit